Critique : We Need To Talk About Kevin

On 12/05/2011 by Nicolas Gilson

En adaptant au cinéma le roman de Lionel Shriver et en en confiant le rôle principal à Tilda Swilton, Lynne Ramsay signe un film époustouflant. D’une intensité rare, WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN ne se raconte pas. Il est une expérience sensible qui demande à être vécue. Plus que de rencontrer une protagoniste, Eva, et de découvrir son histoire, il est question de pénétrer son esprit, d’en suivre la logique et de laisser son destin nous être révélé à mesure qu’elle le revisite.

L’approche esthétique est intelligente et proprement sensitive. Et si l’élément clé est sans conteste le montage, les choix de photographie comme de pure mise en scène sont brillants. WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN n’est pas construit de manière linéaire, il est question d’assimilation voire d’abstraction: la logique repose sur l’évolution, l’appréhension, du trouble psychologique qui enferme Eva (majestueuse Tilda Swilton).

Notre regard épouse le sien, notre logique est sienne. Elle voyage dans son esprit, dans son passé par associations. La prime impulsion, toujours, vient d’un présent relatif bien intrigant. Et si nous ne comprenons pas ses réactions, c’est que nous devons faire corps avec elle afin que son ressenti nous habite.

L’écriture, en collaboration avec Rory Stewart Kinnear, est stupéfiante. Lynne Ramsay signe un scénario d’une infinie justesse au sein duquel un soin délicat semble être apporté aux détails. Des détails révélés par le biais de la captation filmique et qui sont plus que porteurs de sens. Rien n’est jamais appuyé. WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN est construit avec subtilité. Avec véracité. Les gestes se répondent, se font échos. Les éléments de décors aussi. Les objets sont rarement accessoires. Certes le recours aux couleurs primaires, principalement le rouge, est plus que notable mais cela participe à la logique sensitive. Tout comme les choix musicaux : rarement orchestration et montage sonore épousent à ce point la logique des sensations.

Le film est tour à tour et communément intrigant, angoissant et troublant. Il s’agit d’exciter nos sens et notre attention. La communication du trouble qui habite Eva, et qui ne cesse de se moduler, nous fond à la culpabilité, à la joie, à la peine, bref nous emporte au cœur d’une expérience admirable.

WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN
♥♥♥♥
Réalisation : Lynne RAMSAY
Grande-Bretagne – 2011 – 110 min
Distribution : Imagine
Drame
Cannes 2011 – Sélection Officielle en Compétition

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>