Vive le festival gay et lesbien de Belgique ?

On 28/01/2009 by Nicolas Gilson

Le festival du film gay et lesbien de Belgique est mort ! Vive le festival gay et lesbien ? Pas vraiment non. Cette kermesse improbable, dont la programmation cinématographique en reste l’axe principal et est tout simplement désespérante, s’avère bien paradoxale. Aussi remercions la contraction apparue dans le nom même du festival l’an passé car le cinéma n’y a effectivement plus sa place.

23ème édition, une volonté déclarée d’ouverture, une décentralisation tant en flandre qu’en Wallonie … mais une communication destinée uniquement à la communauté homosexuelle alors que l’intérêt même du festival est de toucher un public plus large et plus diversifié. D’un tel festival, national, il semble logique d’attendre cette ambition…

Mais afin de ne pas entrer dans une virulente condamnation de la ghettoïsation semblant apparaître (ghettoïsation au sein même d’une communauté) concentrons-nous sur la programmation même de l’événement qui se déroulait du 15 au 24 janvier dernier. Quelques spectacles, quelques soirées, deux artistes exposés… et, l’objet des nos attentes, une longue liste de films. Programmation en trois axes : les films « gay », les films lesbiens et les films transgenres… les deux premiers axes se fondent ponctuellement sous une étiquette « mixte » principalement documentaire. Cette question d’étiquette qui devrait justement être mise, remise en cause mais qui est le fer de lance même de la programmation. Une programmation qui ne pose pas la question croisée du genre voire des genres. Une programmation dont le volet transgenre ne comporte que deux films… de quoi rester bien dubitatif !
festival gay et lesbien de belgique 2009

Au coeur des séries « gay » et lesbienne se retrouvent des films contemporains et des anciens films ou téléfilms. Mais aucune ligne directrice n’en justifie le choix. Pour toute pertinence un maître mot « la diversité ». Pas de thématique particulière mise en lumière, en somme pas de question posée. Pour cela il y a les événements parallèles à la programmation …

La qualité des films sélectionnés est dans son ensemble déplorable. La grande majorité sont des films qui ne sont pas destiné au marché cinématographique et qui sont au mieux réalisés dans le but d’être vendu aux chaînes privées destinées à un public homosexuel voire qui sont directement destinés au marché du DVD. Et ce qui est irritant dans ce triste constat c’est de découvrir que la majorité des films projetés (ou plutôt rétroprojetés) se retrouvent en vente sur place au stand même des organisateurs. Quelques films sortent heureusement du lot… Mais l’intérêt cinématographique du festival n’a pas de raison d’être.

Pour cela existe un autre festival qui pose intelligemment la question du genre et de son approche, un festival qui s’est posé comme dissident : le Pink Screens. Celui-ci a le mérite de considérer le cinéma comme un réel médium vecteur de sens et trouve une continuation mensuelle au travers de « genre d’à côté » dont le nom même est plus que parlant.

Soit. Revenons à nos moutons.

Sans doute n’est-il pas nécessaire de critiquer la qualité du sous-titrage de seulement cinq films en néerlandais. Pour un festival national l’innovation d’enfin sous-titrer quelques films est salutaire, bien qu’il soit discutable qu’elle n’intervienne que petitement lors de la 23 ème édition de l’événement … Mais le rythme du défilement des sous-titres est tel qu’il est proche du ridicule. Certes ce sont des bénévoles qui collaborent au festival, mais celui-ci est grassement financé par la Communauté Française … aussi peut-être pourrait-elle se poser des questions.

En soit tout est dit, bien tristement. La déception fut au rendez-vous. Une certaine révolte aussi. Car la question soulevée de la ghettoïsation apparaît comme irritante mais indépassable. Un constat bien paradoxal pour un événement organisé par L’association homosexuelle officiellement reconnue association d’éducation permanente couvrant toute la Communauté Française. Pourquoi cette fermeture d’une communauté sur elle-même au sein d’un événement dont l’intérêt même est l’ouverture ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>