Vic+Flo ont vu un ours

On 02/10/2013 by Nicolas Gilson

Denis Côté signe un nouveau long-métrage superbe et déroutant. Il nous emporte en un univers singulier qu’il met en scène avec originalité et adresse. VIC+FLO ONT VU UN OURS est un petit bijou dont le casting, emporté par Pierrette Robitaille, est époustouflant. Sensationnel.

« - Si tu avais le choix, tu serais l’air ou le vent ? »

Victoria (Pierrette Robitaille) débarque à Kirkdale chez son oncle paraplégique et muet chez qui elle s’installe. Elle est rapidement rejointe par Flo (Romane Bohringer) avec qui elle est tombée en amour. Âgée de soixante-et-un ans, Vic aspire à une vie paisible loin des gens qu’elle haït. Elle est pourtant contrainte de recevoir la visite de Guillaume (Marc-André Grondin) son agent de probation qui est la garantie de sa liberté. Si Flo a d’autres appétences, le couple avance au jour le jour en croquant la vie avec un sentiment de délivrance.

Avant de mettre en place le moindre enjeu narratif, Denis Côté donne le ton : le film s’ouvre sur une séquence terriblement drôle où un jeune scout joue très mal de la trompette ce que Victoria n’hésite pas à lui dire. Deux plans composent ainsi un superbe tableau naturaliste emprunt d’ironie et de candeur. Sans crainte des ellipses, Denis Côté esquisse les bases de son scénario qui démarre sur une note réaliste tout en gardant un caractère décalé. Victoria s’impose à nous et se révèle malgré elle, dans ses silences, sa franchise et une certaine froideur. Moult éléments prennent peu à peu place et la situation de Victoria se dessine. L’arrivé de Flo nourrit la ligne narrative qui suit alors l’évolution des deux protagonistes dans leur nouvel environnement. Jusqu’à ce qu’un basculement s’opère, le passé de Flo venant hanter leur quotidien.

La dynamique musicale, qui nous interpelle d’emblée, ponctue le film avant d’ancrer ce basculement. Elle dessine peu à peu un climat propre au film de genre avec lequel le réalisateur flirte à dessein. Ce jeu est le même que celui employé dans l’évolution du scénario et témoigne de la complète singularité de l’auteur qui met en scène une fiction teintée de réalisme sans jamais y prétendre. Il développe ainsi un univers atypique tantôt drôle, tantôt bouleversant au sein duquel la justesse des sentiments qui unissent – mais peuvent aussi diviser Vic et Flo – est surprenante. Rarement des dialogues ont été aussi bien écrits et mis en bouche, et des gestes si sensibles.

L’approche esthétique est en tout point admirable. La photographie est non seulement sublime mais aussi et surtout impressionnante – et ce, dans tous les sens du terme. Denis Côté peut tantôt s’amuser, tantôt révéler les intentions, les sentiments ou le trouble de ses protagonistes tout en jouant avec nos attentes (les basculement sont nombreux et étourdissants). Et si le film est visuellement parfaitement maîtrisé, la qualité du son est impressionnante à un point tel que VIC+FLO ONT VU UN OURS semble techniquement, ni plus ni moins, parfait.

VIC+FLO ONT VU UN OURS
♥♥♥♥
Réalisation : Denis COTE
Canada – 2013 – 90 min
Distribution : /
Ventes Internationales : Films Boutique
Tragi-comédie

Berlinale 2013 – Compétition Officielle
FIFF 2013 – Compétition Officielle
Pink Screens 2013 – Ouverture

Mise en ligne initiale le 10/02/2013

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>