Vengeance

On 27/05/2009 by Nicolas Gilson

Sortie du Film Vengeance de Johnnie To

« Un père vient à Hong Kong pour venger sa fille, victime de tueurs à gages. Sur son passeport est marqué « cuisinier ». 20 ans plus tôt, il était un tueur professionnel. »

AH JOHNNY SI TU SAVAIS … JOUER

Génie ou ennui ? Un réel mouvement balancier entre ces deux hypothèses découle de la vision du film de Johnnie To.

La mise en scène est d’un bout à l’autre du film réellement époustouflante : la construction de chaque cadre semble être pensée avec le plus grand soin et une réelle intelligence du genre revisité. D’une manière telle que ce film de gangster renvoie presque magiquement aux mythiques Western. La palette du réalisateur est réellement diversifiée et atteste d’un travail de réflexion de chaque cadrage. Le rythme qu’il met en place tant au travers de la mise en scène que du montage se construit sur une hypothèse de contraste qui donne au film une réelle dynamique.

L’ennui quant à lui provient principalement d’une réelle tache – ou tare – dans le casting : Johnny Halliday. Un ennui double afin de ressentir le poids même de ce douloureux terme. Le caractère ridicule du jeu monoexpressif de Johnny est au-delà du pathétique. La dimension parodique est dès lors plus que mise à mal, car non seulement «l’acteur» n’est pas crédible mais plus encore il gâche proprement toute possible adhésion à la logique fictionnelle du réalisateur. Car la dimension humoristique de la démarche est annihilée par la force de la moquerie qui s’impose tristement à chaque réplique de Monsieur Halliday.

Toutefois cela efface les failles évidentes du scénario : les éléments abscons car trop abstraits ou encore le caractère illogique de la perte de mémoire du protagoniste paraissent bien anodins face à la radicalité de la distance engendrée par cette terrible erreur de casting.

Il est également à souligner que la version française du film Vengeance est un réel pamphlet pour l’interdiction de toute doublure. Non seulement elle confirme l’inégalité entre la version originale et celle plus qu’appauvrie doublée, mais lorsque les trames narrative et psychologique du film sont amputées de tout sens cela tient du ridicule. Aussi le souci engendré peut paraître indépassable pour appréhender correctement un film dont la particularité reste une approche foncièrement esthétique du langage cinématographique.

VENGEANCE
*
Réalisation : Johnnie To
Hong-Kong – 2008 – 108 min
Distribution : Victory Productions
Gangsters/Action
Enfants admis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>