Une place sur la terre

On 28/08/2013 by Nicolas Gilson

À travers le récit d’une rencontre, Fabienne Godet esquisse une réelle fable emplie d’humanité. Face à un sensible Benoît Poelvoorde, Ariane Labed (la révélation de ATTENBERG) transcende proprement l’écran. Lorsque deux êtres à la dérive s’ouvrent à eux-même.

Une place sur la terre

« – Vous êtes triste de la tristesse des autres »

Photographe désabusé qui vit de commandes, Antoine (Benoît Poelvoorde) est intrigué par Elena (Ariane Labed) qui réside dans l’immeuble en face du sien. Tandis qu’elle joue du piano, il saisit l’instant, ses silences et sa douceur. Déjà captivé par la jeune femme, Antoine en suit, un soir, les mouvements alors qu’elle se tient au bord du toit. Précipités dans une rencontre singulière, électrisés, Antoine et Elena se nourrissent alors de la naissance d’une joyeuse complicité.

Fabienne Godet s’intéresse aux parcours de deux individus qui bien qu’amenés à se croiser auraient pu ne jamais prêté attention l’un à l’autre ou ne jamais s’adresser la parole. Fusse le hasard ou le destin qui les réunit, Antoine et Elena reprennent ensemble goût à la vie. La simplicité de l’instant guide leurs pas et permet à l’homme de retrouver un regard, de recouvrer son regard. Et celui-ci ne guide-t-il pas les sens d’Elena – et les nôtres ? Accompagnés du jeune Matéo, le fils d’une voisine qui s’avère être tout à la fois l’ami le plus proche d’Antoine et l’enfant qu’il n’a pas, les deux comparses respirent à nouveau.

L’introduction des protagonistes est intelligente tant elle met en place nombre de leurs caractéristiques et se veut révélatrice de leur quotidien. Emplie de sensibilité et accordant une vive attention à des menus détails, l’écriture prend rapidement la forme de chroniques et le temps semble s’envoler. S’il est regrettable que le réalisme fasse ponctuellement défaut et que certaines séquences apparaissent éculées ou artificielles, Fabienne Godet tend à une admirable justesse qui tantôt nous réjouit, tantôt nous happe violemment, nous bouscule inexorablement.

Une place sur la terre - Ariane Labed

Plus que la complicité naissante entre Elena et Antoine – et la troublante exacerbation de leurs fragilités respective –, celle qui unit Antoine à Matéo est étourdissante. Conscient du jeune âge de l’enfant, Antoine s’adresse néanmoins à lui comme à un adulte tout en respectant la naïvité due à son âge. Il ne porte à son égard aucun jugement et, bien que marginal et désabusé, il cherche à lui donner goût aux choses. Une des caractéristiques du jeune enfant est d’aimer s’habiller en princesse : un détail abordé avec réalisme et légèreté. Un détail qui s’impose aussi comme le gage de l’humanité véhiculée au coeur de chaque séquence, comme l’acuité de la réalisatrice à porter un regard « juste » sur les « sujets » qu’elle met en scène.

Si l’ensemble est touchant, l’approche esthétique manque de singularité et de rigueur. Et bien qu’elle n’évite pas de réels clichés de mise en scène – d’une cruelle balourdise –, Fabienne Godet fait néanmoins preuve d’une grande sensibilité. Plus encore, la justesse des échanges et la qualité d’interprétation enchantent.

Tout en fragilité, Benoît Poelvoorde donne au personnage d’Antoine une dimension troublante tant il semble authentique. Découverte dans ATTENBERG d’Athina Rachel Tsangari pour lequel elle a reçu le prix d’interprétation à la Mostra de Venise en 2010, Ariane Labed est l’atout fort du film : d’une beauté désarçonnante, la jeune femme sublime proprement l’émoi d’Elena. Et si les deux acteurs attestent d’un rare charisme, Max Baissette de Malglaive (Matéo) – la révélation de VERSAILLES – subjugue.

une place sur la terre - Benoît Poelvoorde et Max Baissette de Malglaive

UNE PLACE SUR LA TERRE
♥♥
Réalisation : Fabienne GODET
Belgique / France – 2013 – 90 min
Distribution : O’Brother Distribution
Drame

Une_place_sur_la_terre_affiche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>