Un Grand Moment de Cannes

On 26/05/2013 by Nicolas Gilson

Premier bilan à quelques heures de la cérémonie de Clôture de la 66 ème édition du festival de Cannes : sur les vingt films présentés en compétition officielle cette année, certains apparaissent d’autant pus convaincants que la sélection a de quoi laisser tiède. Un favori : LA VIE D’ADELE – CHAPITRE 1 & 2.

laviedadele02

Tant de grands noms pour presque autant de déceptions. Takashi Miike signe avec WARA NO TATE un film de genre maîtrisé mais sans intérêt. Soderbergh commet une nouvelle réalisation superficielle et purement divertissante en passant à côté d’un sujet en or (notamment la chirurgie plastique en miroir censée remodeler le visage du petit ami de Liberace en celui de la star excentrique) : BEHIND THE CANDELEBRA est plate production HBO dans laquelle les acteurs s’éclaboussent le visage et n’osent pas pénétrer dans l’eau. Alexander Paye signe avec NEBRASKA un sympathique film en noir et blanc mettant en scène des enjeux éculés sous un angle humoristique peu novateur mais néanmoins appréciable – il est juste regrettable que le jeu des acteurs soit très inégal et dès lors ne suscite guère d’émoi. Nicolas Windng Refn avec ONLY GOD FORGIVES semble se toucher et/ou se faire plaisir à travers une mise en scène grandiose qui laisse cependant de marbre. Jia Zhang-Ke signe quatre films qu’il tente de fondre en un seul en unissant réalisme documentaire, poésie et série B : dès lors A TOUCH OF SIN qui a beau être une photographie pertinente de la Chine contemporaine est épuisant. THE IMMIGRANT de James Gray apparaît tellement mauvais que l’élément positif du film est l’interprétation de Marion Cotillard (je l’ai raté, dommage). Parmi les films inutiles de la sélection MICHAEL KOHLHAAS s’impose comme la purge – terme très en vogue à Cannes pour exacerbe l’ennui.

LE PASSE - Asghar Farhadi

Seul film africain en compétition, GRIGRIS déçoit lui aussi. Pourtant nombreux sont les éléments intéressants mis en scène par Mahaat-Saleh Haroun, mais le film manque de rythme et l’écriture première manque cruellement de volume et d’originalité.

Jim Jarmusch signe un film de vampire tout musical qui se veut être le portrait désolé d’une société sans rêve où la musique reste une respiration. Les fans du réalisateur lui-même fanatique de la scène musicale apprécieront. Mais les sublimes prestations du succulent casting ne suffisent pas à convaincre les oreilles trop sourdes.

Plus qu’une déception, LE PASSE d’Asghar Fahardi : ballet chorégraphique dont la mise en scène est scolaire et l’interprétation surlignée et pathétique.

Jimmy P

La moitié des films restent dès lors en lice. Desplechin (JIMMY P.), Polanski (LA VENUS A LA FOURRURE) et Kore-Eda (LIKE FATHER LIKE SON) maîtrise leur mise en scène. Amat Heli permet à Escalante d’appréhender avec force et poésie – un singulier mélange pas toujours convainquant – un sujet sombre qui se veut révélateur du mal qui gangrène le Mexique. Si la grandiloquence de sa mise en scène toute démonstrative irrite, Paolo Sorentino signe toute de même l’un des grands films de cette édition et met en scène le déclin tout désespérant de Rome et de ses habitants…

Les frères Coen (INSIDE LLEWYN DAVIS) signe un superbe portrait, habilement écrit et mis en scène au coeur duquel Oscar Isaac et un magnifique chat roux excellent. Mais le quatuor de tête se divise entre BORGMAN d’Alex Van Warmerdam, UN CHATEAU EN ITALIE de Valeria Bruni Tedeschi, JEUNE & JOLIE de François Ozon et LA VIE D’ADELE d’Abdellatif Kechiche. Quatre films très différents et singuliers, parfaitement maîtrisés et intelligents.

La vénus à la fourrure - Roman Polanski

Le Palmarès d’Un Grand Moment :

Palme d’Or: LA VIE D’ADELE d’Abdellatif Kechiche
Grand Prix: JEUNE & JOLIE de François Ozon
Prix du Jury: UN CHATEAU EN ITALIE de Valeria Bruni Tedeschi
Prix d’interprétation masculine: Oscar Isaac pour INSIDE LLEWYN DAVIS
Prix d’interprétation féminine: Adèle Exarchopoulos pour LA VIE D’ADELE
Prix de la mise en scène: Alex Van Warmerdam pour BORGMAN
Prix du scénario: Ethan et Joel Coen pour INSIDE LLEWYN DAVIS

La vie d'Adèle - Abdellatif Kechiche

 

Jeune et Jolie - François Ozon

 

Inside-llewyn-Davis

 

Un château en Italie - Valeria Bruni Tedeshi

 

BORGMAN d’Alex Van Warmerdam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>