Un château en Italie

On 30/10/2013 by Nicolas Gilson

Avec son troisième long-métrage, Valeria Bruni-Tedeschi continue un travail singulier sensible et troublant. Ce nouvel épisode lui permet de mettre en scène tout à la fois l’histoire d’une famille, celle de la naissance d’une relation amoureuse et celle de la maladie qui a emporté son frère. Sublime portrait au sein duquel elle ne s’épargne guère, UN CHATEAU EN ITALIE semble transcender sa personnalité.

Un château en Italie - Valeria Bruni Tedeshi

« - Ce n’est pas grave, c’est une maladie comme une autre. »

A l’écriture elle retrouve ses complices Noémie Lvovsky et Agnès De Sacy. Ensemble elles composent un scénario touffu, énergique et délicat d’une rare justesse. La caractérisation des personnages est habile et nous déstabilise : qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est faux dans cette histoire où les protagonistes apparaissent quelques fois n’être que des doubles d’eux-même ? L’excentricité ou l’humour de certaines séquences enivre et agace en même temps. Le postulat de ne jamais se prendre au sérieux ou de ne pas sombrer dans le moindre pathos semble guider une écriture pourtant émotive. Les scénaristes développent avec finesse, derrière le portrait de Louise, celui d’une famille, de ses souvenirs et de certaines de ses douleurs. Un portrait qu’elles ancrent dans une réalité commune en n’épargnant jamais les origines bourgeoises de la réalisatrice – ce château en Italie – qu’elles mettent à dessein en scène.

Avec acuité les scénaristes composent des séquences où le contraste est moteur et sublime les émotions. Ainsi la joie et la peine, la violence et la légèreté, la mort et la vie se rencontrent et nous rendre fébriles. Si aucun protagoniste n’est épargné, la complicité et l’amour qu’ils se portent les uns les autres sont dès l’écriture admirablement magnifiés.

La réalisation est tout aussi sensible et répond d’un même mouvement à la fois réaliste et baroque. Si la maîtrise technique est totale, la simplicité de l’approche permet de transcender une folle énergie qui semble n’être rien d’autre que la personnalité même de la réalisatrice. Valeria Bruni-Tedeschi capte avec soin les gestes et les regards, les silences embarrassés ou d’irritantes exaltations. Elle compose avec brio un film pourtant touffu dont le caractère confus fait sens admirablement. L’ensemble du casting – et notamment elle – est splendide et nous emporte vers la pure sensation. Et UN CHATEAU EN ITALIE nous habite alors.

un-chateau-en-Italie-1-©-Guy-Ferrandis-SBS-Productions-734x498

UN CHATEAU EN ITALIE
♥♥♥
Réalisation : Valeria BRUNI TEDESCHI
France – 2013 – 104 min
Distribution : Les Films de l’Elysée
Comédie dramatique

Cannes 2013 – Sélection officielle – Compétition

FIFF 2013 : Regards du présent

Un château en Italie - Valéria Bruni Tedeshi

Mise en ligne initiale le 21/05/2013

Un chateau en Italie - affiche

L’interview de la réalisatrice : Cliquez ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>