Critique : Tu dors Nicole

On 07/07/2015 by Nicolas Gilson

Véritable poème visuel, TU DORS NICOLE est une expérience douce et suave qui unit en un même mouvement la comédie et la tragédie de l’ordinaire. Après avoir signé CONTINENTAL UN FILM SANS FUSIL (2007) et le subjuguant EN TERRAINS CONNUS (2011), Stéphane Lafleur met en scène un film proprement sensationnel qui, par sa justesse et sa tonalité, se veut impressionniste. Les chaudes nuits de Nicole, son désenchantement et ses déambulations, berceront à coup sûr vos rêves et (longtemps) marqueront vos lèvres d’un sourire ingénu.

Tu-dors-Nicole

T’es dure à suivre toi

L’été de ses 22 ans, Nicole (Julianne Côté) est heureuse de l’absence de ses parents qui lui permet de profiter de la maison familiale en compagnie de sa meilleure amie Véronique (Catherine St-Laurent). Alors qu’elle prévoyaient des vacances sans surprise, Nicole est chamboulée par l’arrivée de son frère Rémi (Marc-André Grondin) qui, avec les membres de son groupe de rock, transforme l’habitation en espace de répétition et d’enregistrement. Heureusement entre ses insomnies et les avances de Martin (Godefroy Reding), un gamin de 10 ans, Nicole voit dans l’arrivée de sa première carte de crédit une échappatoire : ne rien faire… ailleurs.

D’entrée de jeu Stéphane Lafleur joue avec nos sens. Le son et l’image s’avèrent trompeurs dessinant un monde merveilleux que fuit pourtant la protagoniste qui préfère délaisser le lit de celui qui fut son amant. En quelques gestes, aussi hésitants que déterminés, le caractère de Nicole s’impose à nous. Il se façonnera tout au long du film, entre une certaine difficulté d’être et un clair refus de grandir : plus vraiment ado et pas encore adulte, Nicole se pense au bord d’un précipice qui se dessine comme celui des responsabilités.

Tu dors nicole

La chaleur caniculaire de l’été est mère d’un épuisement et d’une rêverie qui accompagnent l’héroïne au fil de ses interactions. Refusant de grandir, elle défie malgré elle son entourage et trouve auprès de Martin un improbable confident aux répliques – et à la voix – étrangement matures.

Offrant à Nicole – Alice dans un monde ordinaire – une pleine centralité, Stéphane Lafleur nous fond pleinement à son ressenti jusqu’à nous faire partager son ennui et son agacement (notamment face à la musique envahissante de son frère) mais aussi ses petits plaisirs et son engouement pour un rêve qui n’a rien de bien folichon. Comme dans ses précédents films, le réalisateur questionne, avec humour et acuité, la lassitude de l’existence et les dynamiques relationnelles. S’intéressant à une période particulière de la vie – cet entre-deux âges où l’on n’est plus et où l’on n’est pas encore – il retrouve la thématique de la fraternité qu’il saisit une nouvelle fois dans son déploiement – et ce sous un angle très différent de celui, bouleversant, de EN TERRAINS CONNUS.

Tu dors Nicole - rémi

Situant son action dans la banlieue verdoyante de Montréal, Stéphane Lafleur confond le temps et l’espace, nous propulsant dans un voyage sensible qui se dessine au gré de l’évolution (révolution?) de sa protagoniste. Comme dans un rêve, les actions se répondent sans commune logique tissant peu à peu leur sens au fur et à mesure que s’inscrivent les chroniques d’un été qui n’a pourtant rien (que) de banal.

Portant le choix du noir et blanc, le réalisateur donne au film au coloration multiple et chaleureuse où se confondent le jour et la nuit au gré d’un montage étourdissant. La fixité de cadre transforme les décors en théâtre du quotidien où situations et protagonistes se déploient. Les mouvements de caméra, employés avec parcimonie, se veulent hypnotisants tandis que le recours à des ponctuations musicales – féériques ou absurdes – se révèle enchanteur. Une approche d’autant plus époustouflante que le réalisateur la nourrit d’un humour pluriel, tantôt grotesque tantôt des plus ironique, et d’une parfaite direction d’acteur.

tu dors nicole afficheTU DORS NICOLE
♥♥♥
Réalisation : Stéphane Lafleur
Canada (Québec) – 2014 – 93 min
Distribution : Imagine Film
Comédie dramatique

Cannes 2014 – Quinzaine des Réalisateurs
FIFF 2014 – Compétition Officielle – Mention spéciale du Jury

Tu dors nicole - Godefroy Reding Tu dors nicole - marc-andré grondin Tu-dors-nicole-stephane-lafleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>