Critique : Tracks

On 30/06/2014 by Nicolas Gilson

Présenté en compétition à la 70 ème Mostra de Venise, TRACKS est l’adaptation du récit autobiographique de Robyn Davidson qui en 1977 entama seule une odyssée à travers le désert australien. Servi par une superbe photographie, le film, réalisé par John Curran, offre à Mia Wasikowska un rôle de composition dans lequel elle se révèle une nouvelle fois surprenante.

Tracks - Mia Wasokowska

Alors que la sublimation de l’aventure apparaît comme le sujet du film, le réalisateur peine à se distancier de la dimension narrative. L’écriture est en effet ponctuellement palpable à l’instar de la longue séquence d’introduction – permettant toutefois la contextualisation de l’expédition – et de pompeux flash-back à vertu explicative ou introspective.

Le film semble prendre son envol une fois que le voyage est initié. Robyn qui fuit peu à peu la civilisation fait l’expérience d’une nature sauvage au coeur de laquelle elle rencontre notamment des aborigènes. Sponsorisée par le National Geographic qui lui impose dès lors la présence d’un photographe, Rick Smolan (Adam Driver), afin d’immortaliser l’aventure humaine, la jeune femme doit concéder à se prêter mensuellement à l’exercice de la pose (lorsque le jeune homme la ravitaille en eau). Un jeu à propos duquel elle ironise, déplorant l’artificialité de la chose, avant de le voir évoluer à mesure qu’une rencontre s’opère entre elle et le photographe.

tracks

L’évolution narrative paraît sans réels enjeux si ce n’est, à un certain point, la survie de la jeune femme ou la stupidité de ceux qui sont bientôt attirés par la célébrité grandissante de « la femmes aux chameaux ». Les choix opérés à la réalisation tiennent proprement de la carte postale : John Curran célébrant la beauté du monde sauvage et se posant en observateur de l’aventurière. À quelques trop rares moments il propose cependant de se fondre à son regard, lorsque la soif se fait sentir et la déraison la ronge. Bien que de deux ordres, les recours aux effets de flash-back alourdissent le récit. S’ils illustrent l’hypothétique introspection de l’héroïne – principalement son enfance, ils justifient ses actions en revenant sur des épisodes précédemment présentés (comme si le spectateur ou la jeune femme était trop bête pour s’en souvenir).

Bien que l’approche soit trop classique (notamment l’enrobage musical qui renforce l’impression de cartes postales filmées), l’interprétation de Mia Wasikowska est majestueuse. Certes aidée par le réalisme des maquillage et des costumes, l’actrice acte pleinement de l’évolution voire à quelques reprises de la perdition de son personnage. Elle apparaît en communion tant avec la nature qu’avec les animaux ; complice du chien et des chameaux qui l’accompagnent tout au long du périple et en rendent possible l’aboutissement.

tracks - affiche

TRACKS
♥/♥♥
Réalisation : John Curran
Royaume-Uni – 2013 – 112 min
Distribution : A-Film
Biopic / Aventure

Venise 2013 – Compétition officielle

Mia Wasikowska - Tracks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>