Tomboy

On 28/04/2011 by Nicolas Gilson

TOMBOY est un film lumineux d’une rare simplicité et d’une troublante justesse. Céline Sciamma y met en scène le mensonge et le fantasme de Laure, une fillette de 10 ans qui, arrivée dans un nouveau quartier, se présente comme s’appelant Michaël. Tout semble possible une fois la porte de l’appartement passée. Toutefois Laure définit cette nouvelle réalité comme secrète. Malgré la complicité qui l’unit à ses parents, Laure, qui agit pourtant sous l’impulsion première de la naïveté, s’applique à ce qu’ils n’en sachent rien.

Tomboy

La richesse du scénario de Céline Sciamma est indéniable. Elle part d’une situation à la fois ludique et grave, selon le point de vue d’approche, qu’elle ancre dans un quotidien réaliste qui devient magique tant les relations mises en scène relèvent de la complicité – complicité familiale ou amicale. La naïveté de l’enfance envahit l’écran selon la logique singulière et radicale du point de vue propre à cette période charnière. La cellule familiale prend vie avec force, l’univers des enfants est criant de vérité tandis qu’au sein de ce monde commun qui est le nôtre une jeune fille fait corps avec elle-même en se présentant comme un jeune garçon.

Plus que de sexualité ou d’orientation, il est question de la possibilité d’être soi comme on l’entend, au-delà de l’enveloppe corporelle avec laquelle il faut pourtant faire. Il y a pour Laure deux réalités, celle vécue au sein de la cellule familiale et celle qui lui est offerte au-dehors. L’union entre ces deux champs de vie passe par le corps. Un corps qui est tantôt son complice, tantôt son ennemi ; un corps que la fillette appréhende dans tous les sens du terme : un corps qu’elle module – voire modèle – mais dont elle subi aussi les contraintes. Un corps qui est l’enveloppe de tous les possibles du moment que Laure puisse s’affranchir d’une certaine norme tout en jouant avec celle-ci. Questionnements identitaires et inventivité se répondent de manière admirable, avec une finesse troublante.

Tomboy - Sophie Cattani / Zoé Heran

Une des réussite du scénario est l’établissement d’une complicité entre Laure et sa jeune sœur Jeanne. Celle-ci comprend très vite ce que manigance Laure. Elle ne porte aucun jugement. Elle désire simplement en être la complice. Une complicité malicieuse et enivrante. Elle garde le secret voire permet à Laure de s’en émanciper en faisant de Michaël un double d’elle-même. Ainsi la complicité aux parents est maintenue – certes tronquée mais maintenue. Car malgré celle-ci, la réactions des parents est radicale sans pour autant condamner l’enfant. Leur réalité ne repose pas sur une même naïveté et c’est la peur et l’amour qui poussent la mère à agir afin que Laure puisse s’émanciper de la situation dans laquelle elle s’enlise malgré elle, une fois rattrapée par la réalité. Le rapport au corps ressurgit alors. Les codes s’imposent. Mais Céline Sciamma abandonne les adultes à eux-mêmes, leur explications prenant place de l’autre côté de la porte séparant encore l’enfance de la réalité normative.

Celine Sciamma filme cela à hauteur d’enfant. Elle parvient à capter de manière admirable le caractère ludique et pétillant du terrain de jeu qu’est l’enfance. Elle dirige avec brio une brochette de jeunes comédiens tous plus justes les uns que les autres. Zoé Heran qui donne vie à Laure/Michaël est plus que troublante, tandis que Maloo Lévana, Jeanne, qui est d’un rare naturel, est à croquer. Mathieu Demy et Sophie Cattani, leurs parents, sont étourdissants tant la complicité qui les unit à Laure et à Jeanne semble vraie. L’importance accordée à des gestes simples et la pertinence des échanges verbaux sont autant de vecteurs de sens. La simplicité de l’approche de la réalisatrice est payante : TOMBOY est un film frais et subtil, enivrant et lumineux, délicat et ingénieux, au sein duquel tout le monde peut se retrouver.

TOMBOY
♥♥♥
Réalisation : Céline SCIAMMA
France – 2010 – 82 min
Distribution : Cinéart
Comédie dramatique
EA

Berlinale 2011 – Panorama

tomboy

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>