The September Issue

On 08/09/2009 by Nicolas Gilson

Sortie du Film The September Issue de R.J. CUTLER

D’emblée nous sommes confronté au personnage d’Anna Wintour ; frontalité transcendant une parfaite hypothèse d’assimilation car si le Vogue américain c’est elle, The September Issue est sa fierté, son fer de lance. Aussi, la mise à nu des rouages de la machine qui se cache derrière ce titre apparaît être celle du personnage même. Afin de percer l’essence même d’un objet – institution pour certains – R.J. Cutler se doit donc de révéler la personne derrière le personnage. Il ne s’agit pas de faire tomber un masque, mais de l’appréhender jusqu’à le soulever.

Le réalisateur est parti à la rencontre d’un sujet, il s’est glissé avec son équipe dans les méandres tant du magazine Vogue que de l’industrie de la mode. Il a pénétré un microcosme, d’abord perturbé par lui mais s’en accommodant peu à peu. La durée du tournage, huit mois, a permis un terrifiant résultat : une réelle assimilation de l’équipe documentaire au sein du magazine même. Pas d’effacement, pas d’oubli ; pourtant la présence de l’équipe de tournage se fond peu à peu dans le décors si bien que les gestes d’abord étudiés, surveillés, engoncés revêtent un caractère sincère et banal.

Toutefois, cette sincérité est mise en doute de manière ponctuelle grâce, paradoxalement, à l’établissement d’une réelle complicité entre certains protagonistes et l’équipe de Cutler. Première et principale complice, Grace Coddington est l’autre figure incontournable du magazine américain. Elle forme avec Anna Wintour un étrange couple, qui se complète professionnellement et apparaît inséparable. L’ombre et la lumière, le sarcasme et le sourire, le pragmatisme et l’imagination … Si leur rédaction de Vogue est telle, c’est par elles, avec elles et à travers elles. Grace Coddington est le personnage de l’ombre dont la fonction – directrice artistique – semble trouble. Elle est la faille au sein d’un rouage limpide où tous vénèrent Anna Wintour au point de se courber devant elle. Cutler parvient à mettre à nu leur relation professionnelle, et ainsi à esquisser les raisons de la richesse de cette complicité.

Etrangement la mise à nu des personnes prend vie de manière indirecte. Certes le réalisateur opte pour quelques interviews. Mais si les confessions tant de Wintour que de Coddigton sont pleines de sens, il ne peut perdre conscience du fait qu’elles peuvent le manipuler. Ce seront leurs gestes, leurs intentions, leurs silences qui les perceront à jour. La complicité avec Grace Coddigton est sans doute la clef de voûte de ce travail documentaire. Elle insuffle au film une réelle dynamique au sein de l’hypothèse de la rencontre, mais elle met en place une assimilation paradoxale à la fois diabolique et intelligente. La rencontre s’établit de manière effective et partagée. L’équipe documentaire est d’abord posée en témoin avant d’être utilisée par la directrice artistique du magazine. Le regardant devient regardé en devenant cadre d’une création photographique orchestrée par Coddigton. L’équipe de tournage se retrouve sujet photographié de l’édition dont elle capte la réalisation. Curieux renversement de situation, riche de sens.

D’un point de vue formel The September Issue repose principalement sur une logique temporelle : le décompte conduisant à la mise sous presse du magazine. Une linéarité perturbée, complétée par un morcellement des interviews de la rédactrice en chef et de la directrice artistique. La dynamique ainsi crée lors du montage est intelligente : Custler connait les attentes spectatoriales, il a conscience de l’image diabolique et despotique qui est assimilée à «La Wintour». Ainsi son dévoilement est dilué à mesure que lui-même apparaît la découvrir. L’interprétation est ainsi autre : le réalisateur ne se concentrant sur la rédactrice en chef que parce qu’elle est l’identité même du magazine et ne cherchant aucunement à faire un film sur Anna Wintour. Le montage concentre en lui les trois axes d’une relation triangulaire définissant The September Issue : Anna Wintour, Grace Coddigton et l’objet même. Custler met habilement en scène une réelle découverte d’un microcosme singulier. Une découverte humaine, intrigante et captivante.

THE SEPTEMBER ISSUE

***

Réalisation : R.J. CUTLER

USA – 2008 – 88 min

Ditribution : BFD

Documentaire

Enfants Admis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>