The Selfish Giant

On 15/01/2014 by Nicolas Gilson

Epousant le regard de ses protagonistes, Clio Barnard met un scène avec THE SELFISH GIANT un drame déchirant qui est tout à la fois un conte cruel et une photographie percutante de la réalité au sein de laquelle elle l’inscrit. Un premier film poignant (et une réalisatrice à suivre).

The Selfish Giant

Elevé par sa mère, Arbor (Corner Chapman) est un jeune adolescent marginal et rebelle. Il est ami avec Swiffy (Shaun Thomas), la tête de turque de la cour de récréation, dont il se plait à prendre la défense. Malgré la grisaille de la réalité qui les entoure, les deux gamins sont insouciants. Découvrant la possibilité de gagner un peu d’argent auprès de Kitten (Sean Gilder), un ferrailleur, ils commencent à collecter du métal. Obnubilé par l’appât du gain, Arbor est bientôt jaloux de Swiffy qui semble avoir les préférences de Kitten.

La complicité qui unit les deux protagonistes ouvrent le film avant que ne soit esquissé leur quotidien dont l’âpreté est révélée sans tendre au pathétisme. Il s’agit pour la réalisatrice de dévoiler peu à peu ses protagonistes au fil d’une caractérisation qui se retrouve dans les moindres détails et qui permet de souligner bien des failles d’une société gangrénée par la paupérisation.

Le drôle de couple formé par Arbor et Swiffy est-il d’autant plus séduisant que leurs caractères et leurs physiques diffèrent : la dureté, la nervosité et l’assurance du premier contrastant avec la timidité et la sensibilité du second. Clio Barnard dessine alors le parcours de deux adolescents qui, alors qu’ils tentent d’échapper à leur réalité, se déchirent malgré eux. L’amitié qu’elle dépeint se révélant fabuleuse.

En optant pour un cadre mobile et en choisissant de filmer à hauteur de ses personnages, la réalisatrice parvient à en transcender l’énergie et l’émoi tandis que la froideur et l’austérité de la photographie semblent exacerber la réalité du décor. Flirte-t-elle avec une certaine esthétisation – notamment lorsque des scènes se répondent et prennent au piège le spectateur en exacerbant son ressenti – qu’elle atteste d’une sidérante acuité à la direction d’acteurs.

Les jeunes Corner Chapmen et Shaun Thomas sont criant de vérité et rendent le film proprement bouleversant.

Le géant égoïste

THE SELFISH GIANT
♥♥(♥)
Réalisation : Clio Barnard
Royaume-Uni – 2013 – 91 min
Distribution : Cinéart
Drame

Cannes 2013 – Quinzaine des réalisateurs
Film Fest Gent 2013 – Compétition (Grand Prix)

The Selfish Giant - affiche

The Selfish Giant

selfish giant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>