Critique : The Salvation

On 02/09/2014 by Nicolas Gilson

Le réalisateur danois Kristian Levring signe avec THE SALVATION un western stylisé au sein duquel Mads Mikkelsen manie la gachette avec brio. Classique et quelque peu ronflant, le film ne révolutionne pas le genre mais apparaît toutefois comme un sympathique hommage.

En 1871, Jon (Mads Mikkelsen) s’apprête à accueillir son épouse et son fils sur la terre qu’il gagnée à la sueur de bien des sacrifices. Entre le fantasme d’une vie meilleure et la réalité d’alors, le fossé est immense. Le pionnier danois en a-t-il conscience que sa frêle compagne et leur garçon, pour le coup, débarquent pour de bon. Ils partagent la diligence qui les mènent à leur « home sweet  home » avec deux brigands mal intentionnés. Ils n’arriveront jamais chez eux. Jon se venge et tue les meurtriers de sa famille sans savoir que l’un d’entre eux est le frère du hors-la-loi semant le trouble sur la région…

the salvation

« Je ne suis qu’un berger qui guide son troupeau. »

Avec la complicité de Anders Thomas Jensen, Kristian Levring assoit de bonnes bases scénaristiques lui permettant de mettre en scène une série de caricatures efficaces (et convenues) tout en se moquant de la naïveté des colons crédules et bien couards. Le trait est-il épais que le réalisateur ne pousse pas l’exercice au-delà d’un « revenge movie » où il offre à Mads Mikkelsen un sympathique rôle de téméraire qui n’a peur de rien. Tente-t-il sommairement de développer des protagonistes secondaires que ces pistes narratives ne sont jamais abouties et deviennent des stases qui ponctuent le récit – à l’instar de la muette interprétée par Eve Green.

Accordant un soin particulier à la mise en scène au point que celle-ci apparait pleinement chorégraphiée, le réalisateur propose un « western chic » où tout est artificiel. La photographie est telle que le rendu de certaines séquences semble résulter d’un logiciel informatique comme si elles étaient animées virtuellement. Lumière et cadrage sont à ce point esthétiques qu’ils deviennent platement esthétisants. Le son répond d’une même logique tout comme l’habillage musical : le film est en effet enrobé d’un bout à l’autre sans que jamais, malheureusement, la musique n’engendre son propre sens.

Si l’ensemble est soigné au point de paraître suranné et emprunté, Kristian Levring s’amuse tant avec les références qu’avec les codes du genre – pour le plaisir des uns et la lassitude des autres.

the salvation - poster

THE SALVATION

Réalisation : Kristian Levring
Danemark – 2014 – 100 min
Distribution ABC Distribution
Western / Action

Cannes 2014 – Sélection Officielle – Séance de Minuit

Eva Green The Salvation the slavation mads mikkelsen Mads Mikkelsen the salvation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>