Critique : The Lobster

On 25/10/2015 by Nicolas Gilson

Satire flamboyante sous forme de tragi-comédie, THE LOBSTER est une nouvelle pépite que nous offre Yorgos Lanthimos. Retrouvant à l’écriture son complice Efthimis Filippou, il compose radicalement avec l’absurde jusqu’à fantasmer une société surréaliste à deux castes, les couples et les solitaires. Prodigieux.

Je vous enregistre comme homosexuel ou hétérosexuel ?

Parce qu’il est célibataire, David (Colin Farrell) est conduit dans un hôtel où il doit trouver une partenaire. S’il ne parvient pas à se mettre en couple endéans 45 jours, il sera transformé en l’animal de son choix. Un délai qui peut néanmoins être allongé s’il se montre fin tireur lors des parties de chasse – puisque chaque « solitaire » abattu offre un jour de délai supplémentaire.  

Lanthimos - The Lobster

Deux brèves séquence ouvrent le film et donnent le ton : emprunt à la fois d’absurde et de mélancolie, THE LOBSTER est d’emblée intrigant. Quelques notes de musique et le commentaire d’une narratrice nous plongent alors dans un récit fantasque et surprenant où le protagoniste, David, doit avant toute chose affirmer son orientation sexuelle lors de son inscription. L’endroit qu’il pénètre – où il se retrouve enfermé – ne laisse pas de place aux doutes ni aux entre-deux. S’il ne peut opter pour une hypothétique bi-sexualité (l’option présentant quelques soucis de fonctionnement) il doit également choisir une pointure au nombre rond – qu’importe que ses souliers soient dès lors trop grands ou trop petits. Se fondant aux règles de l’établissement, il se déleste de tout bien personnel et prend possession d’une garde-robe dont les vêtements sont identiques pour chaque pensionnaires (selon leur sexe).

Il rencontre bientôt la directrice de l’établissement décidée à lui faire comprendre « comment la vie est plus facile quand tout va par deux ». Un programme développé magistralement dans le premier axe du scénario qui présente les us et coutumes de l’établissement et, au-delà, de « La Ville » qui exige que chacun vive en couple. Au fur et à mesure que David rencontre une galerie de personnages savoureux – de la femme sans coeur à l’homme qui zozote –, l’absolutisme de la normalisation dont l’hôtel est le moteur ne cesse de se dessiner gommant tout individualisme – et tout plaisir personnel.

the-lobster-de-yorgos-lanthimos

L’action se développe en deux mouvements, tantôt sous le regard de David tantôt guidée par la voix de la narratrice, qui se répondent et se complètent. La satire n’en est que plus savoureuse et explosive… Un tournant s’opère et permet de découvrir l’univers des « solitaires » qui vivent avec autant de dogmes – dansant notamment sur de la musique électronique puisque tout contact entre les individus est prohibés. Une question se dessine alors : est-il possible de tendre à la liberté d’être soi-même ?

L’opposition des deux absolus est divine : dans la course au despotisme, pouvoir et contre-pouvoir rivalisent avec d’autant plus de brio que l’imagination et la perversion des scénaristes semblent sans limite. Sommes-nous témoins de la naissance de sentiments véritables qu’ils sont mis à mal avec malice – comme notre attention, le réalisateur attisant nos sens et laissant la porte ouverte à notre interprétation.

Maitrisant totalement son approche esthétique, Yorgos Lanthimos confirme son acuité à un cadrage parfait au coeur duquel l’absurde s’impose comme une réalité tangible. Outre l’emploi d’un renfort musical dosé avec soin et d’une voix-over qui révèle l’intelligence du scénario, il se risque avec succès à quelques effets de ralenti qui transcendent l’émotion des scènes. Grand imagier, il magnifie son casting qui ne cesse de nous surprendre transformant physiquement Colin Farrell, offrant à Léa Seydoux une perversion sensationnelle et sublimant une nouvelle fois le talent d’Ariane Labed et d’Angeliki Papoulia.

rachel-weisz-in-the-lobster-posterTHE LOBSTER
♥♥♥♥
Réalisation : Yorgos Lanthimos
Grèce / France / Pays-Bas / Royaume-Uni – 2015 – 118 min
Distribution : Imagine Film
Tragi-comédie

Cannes 2015 – Sélection Officielle – Compétition
Film Fest Gent 2015 – Compétition

colin-farrell-in-the-lobstermise en ligne initiale le 15/05/2015

Cannes 2015 signature 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>