The Little House

On 15/02/2014 by Nicolas Gilson

82 ème réalisation de Yoji Yamada, THE LITTLE HOUSE est la ronflante adaptation du best-seller de Kiyoto Nakajima. Un film ampoulé et convenu.

thelittlehouse

Après les funérailles de sa grand-tante, Takeshi découvre une boîte en fer blanc qui lui est destinée. Elle contient les cahiers sur lesquels la catherinette a livré une succincte biographie revenant sur la période où elle fut au service d’un industriel et de son épouse. Au fil de son récit, qui met en scène les conséquences des guerres successives contre la Chine et les USA, elle révèle le secret d’une liaison qui la jeta dans un profond désarroi.

Construit entre flash-back et évocation, le scénario tente d’ancrer un dialogue entre les générations et avec l’hypothèse du souvenir en voyageant entre l’écriture des mémoires, leur lecture et leur projection. Fondus apriori au regard de Takeshi , nous sommes bientôt emportés dans les tourments qui hantent depuis longtemps son aïeule Taki. D’emblée les hypothèses de transmission et de subjectivité s’avèrent secondaires et apparaissent comme un prétexte à rythmer « l’histoire » de cette petite maison où Taki a été confrontée à un dilemme moral des plus anecdotiques.

Deux voix-over (celles de Takeshi et de Taki) encadrent de manière dictatoriale les deux niveaux de récit. Les narrateurs tentent-ils de partager leur ressenti que celui-ci s’avère tout artificiel. Une impression qui domine d’un bout à l’autre le film et qui semble être le fer de lance du réalisateur. Son approche est en effet d’un classicisme poussièreux et traduit une artificialité générale proche de la « théâtralité ».

L’écriture des dialogues se ressent et la mise en scène est terriblement affectée. Plus encore le jeu de l’ensemble des comédiens est tellement emprunté et récitatif qu’il en devient risible. Comment accorder du crédit à une réalisation en tout point synthétique qui souligne très sérieusement l’attrait amoureux par un coup de foudre (lui-même des plus artificiel).

Centre de l’attention, la « petite maison au tuiles rouges » semble construite en carton-pâte : les personnages, aux gestes chorégraphiés à l’outrance (bien au-delà de toute ritualité) ne semblent-ils d’ailleurs pas s’y déplacer comme dans un décor de parc d’attraction. Petite maison de pacotille…

the little house

CHIISAI OUCHI
The Little House

Réalisation : Yoji Yamada
Japon – 2014 – 136 min
Distribution : /
Drame

Berlinale 2014 – Compétition Officielle

the little house - yamada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>