The Lady

On 16/12/2011 by Nicolas Gilson

Mettant en scène l’engagement politique de Aung San Suu Kyi pour la démocratie en Birmanie et ses conséquences sur sa vie personnelle, THE LADY aurait dû être un film fort et déroutant. Le combat exemplaire d’une femme pour la liberté vu par Luc Besson n’est malheureusement que pure démonstration. Alors certes la réalité sur laquelle s’appuie le scénario est riche, interpellante et pleine de sens mais la construction qui en est faite s’impose comme artificielle, manichéenne et monstrative.

D’emblée l’approche est romancée – dans le mauvais sens du terme. Le film s’ouvre par une séquence d’introduction, mielleuse à souhait, proche de la Série B au sein de laquelle effroi et sentimentalisme exacerbé se rencontrent : jeune enfant, Aung San Suu Kyi a perdu son père, instigateur de la révolution birmane, assassiné avec ses ministres en 1947.

Mais le sentimentalisme n’en finit pas de couler de séquence en séquence avec une épaisseur qui en devient grotesque. Michael Aris, le mari de Saug San Suu Kyi, permet de mettre en place les enjeux dramatiques. Une approche curieuse voire paradoxale, faisant de lui le moteur de l’intrigue narrative. Atteint d’un cancer, il ne peut demander à sa femme de le rejoindre sans quoi elle ne pourra plus repartir en Birmanie… Le combat de sa femme est donc plus important que celui pour sa propre vie. Une touche de suspens enrobée de sentiments absolus : le film peut commencer.

THE LADY est le portrait d’une femme et de son combat. Un portrait grossier emplis d’ellipses et de raccourcis faciles. L’approche est balourde à l’instar de l’enrobage musical signé Eric Serra. Aucun ressenti ne prend place malgré l’admirable interprétation de Michelle Yeoh : c’est que le réalisateur n’a de cesse de privilégier les effets démonstratifs. A quoi bon partager le désarrois d’une femme si l’on peut en montrer, sans finesse, les causes et les conséquences. Aucune ritualité n’est mise en place, comme si Aug San Suu Kyi n’avait pas de quotidien… alors que sa vie est le sujet même du film.

THE LADY

Réalisation : Luc Besson
France / Grande-Bretagne – 2011 – 127 min
Distribution : Cinéart
Biopic – Drame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>