The King’s Speech

On 21/02/2011 by Nicolas Gilson

THE KING’S SPEECH est un film étourdissant qui nous met en haleine tout en nous charmant. Colin Firth est troublant ou, ce qui est sans doute plus pertinent, le réalisateur parvient à nous communiquer le trouble qui tiraille son protagoniste, le Roi Georges VI en devenir. Tom Hooper met ici en scène, dans sa fragilité, l’homme qui se cache derrière les titres et le blason. En gardant comme enjeu central le handicap que constitue son bégaiement, il nous permet de le rencontrer. L’approche est à la fois fine et singulière ; le film brillant.

La qualité du scénario est indéniable. La mise en place d’un premier discours, en 1925, ouvre le film de manière obsédante. L’angoisse qui habite le protagoniste est à la fois perceptible et communicative. Déjà le trouble qui l’envahit nous pénètre. Et lorsque le bégaiement s’impose nous en pouvons qu’être meurtri. Au travers de la mise en scène de ce handicap c’est une partie de l’Histoire d’Angleterre qui est dévoilée, appréhendée de l’intérieur, dans l’intimité. La force de cette approche est de faire de l’homme public un individu comme un autre malgré sa destinée, de nous permettre de le rencontrer dans son humanité.

Le développement est intelligent, et s’il s’ouvre sur un discours c’est pour mieux se refermer sur un autre, attendu de nous avec appréhension. Et quelle gageure que de parvenir à nous communiquer un stress étourdissant alors qu’aucun réel suspens n’est à craindre. Alors que la figure de Georges VI est centrale, deux protagonistes sont habillement développés : La Reine Elizabeth (Helena Bonham Carter merveilleuse), son épouse, et Lionel Logue (Geoffrey Rush admirable), son thérapeute d’un genre particulier. Grâce à cela nous découvrons le personnage dans une double intimité, à la fois amoureuse et amicale. Grâce à cela aussi il nous est offert de découvrir deux ordres de réalité bien différents qui vont pourtant s’assimiler l’un à l’autre. L’extraordinaire rencontrant l’ordinaire. L’humour qui ne cesse d’être présent, des répliques aux situations, nous irradie.

Les choix esthétiques sont intelligents à l’instar de la dynamique de cadrage et de la photographie. Tout semble habilement pensé. Tom Hooper parvient à capter notre attention, à la focaliser sur certains points sans pour autant que nous ayons l’impression d’être manipulé ou pris au piège. Nous voyageons ainsi au cœur d’une singulière aventure à la fois humaine, drôle et sarcastique.

THE KING’S SPEECH
LE DISCOURS DU ROI
♥♥♥
Réalisation : Tom HOOPER
Grande-Bretagne /USA / Australie – 2010 – 118 min
Distribution : Paradiso
Comédie dramatique / Biopic / Histoire
EA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>