The Imposter

On 02/04/2013 by Nicolas Gilson

Bart Layton met en question un fait divers qui s’est déroulé à la fin des années 1990. En entremêlant les interviews des principaux protagonistes, des images d’archives et des séquences reconstituées, le réalisateur compose un documentaire aux airs de thriller. A la fois démonstratif et captivant.

The Imposter

« Elle a décidé que je serais son frère »

En 1997 un adolescent apparemment terrorisé est recueilli par la police en Espagne. Contraint de révéler son identité, il prétend être Nicholas Barclay, un gamin de 13 ans qui a disparu au Texas en 1994. Il ment. Pourtant la famille de Nicholas prétend le reconnaître et les autorités, dès lors enhardies, pensent son récit réaliste.

D’entrée de jeu le réalisateur joue avec les attentes spectatoriales. Il exacerbe le suspens tout en confrontant le spectateur aux témoignage de la mère et de la soeur de Nicholas Barclay qui reviennent sur les faits. Rapidement il institue l’idée de la manipulation en jonglant lui-même avec divers effets (hyper démonstratifs) de pure mise en scène. Le mensonge est dévoilé tout comme l’émoi suscité et, déjà, le film s’avère fascinant.

Bart Layton rencontre non seulement la mère et la soeur du disparu mais aussi les autorités alors en fonction à l’instar de l’investigatrice du FBI qui fut chargée d’enquête. Interprété par Adam O’Brian, l’usurpateur d’identité, Frédéric Bourdin, est le protagoniste central de ce singulier « documentaire ».

The Imposter - Frédéric Bourdin

Le réalisateur compose un film hybride entremêlant une logique documentaire de témoignages et d’investigation à des séquences fictives au sein desquelles il semble projeter Bourdin au coeur même de son récit – telle une araignée au centre de sa toile. Plus encore il étoffe son film d’images d’archives (vidéos et photographiques) et opte pour un montage tout en démonstration exacerbant le suspens – son et musiques composent un efficace conditionnement.

A mesure que la lumière se fait sur le fait divers, celui-ci apparaît de plus en plus inquiétant. Un premier basculement s’opère et attise indéniablement la curiosité du spectateur lorsque Frédéric Bourdin avoue s’être rendu compte que la famille à laquelle il mentait s’en est rendue compte et s’en accommodait. Les rôles semblent alors s’inverser… et la disparition de Nicholas revêt un autre visage.

Il est toutefois dommage que la rencontre avec Frédéric Bourdin soit entièrement orientée vers la mise en scène de son témoignage-récit : Qui est-il ? D’où vient-il ? Quel fut son réel parcours ? La nébuleuse est complète. Une fois que le basculement s’opère, l’enquête quant à la disparition de Nicholas devient passionnante. Mais le spectateur, excité par le témoignage du détective privé qui a mis en lumière la supercherie, reste sur sa faim.

Bart Layton signe un film envoutant mais néanmoins superficiel – et ce d’autant plus que sa démarche engendre des questions auxquelles il ne répond pas.

The Imposter - le détective sur les traces de Nicholas Barclay

THE IMPOSTER
♥♥
Réalisation : Bart LAYTON
Royaume-Uni – 2012 – 99 min
Distribution : Imagine Film
Documentaire

The Imposter - affiche

The Imposter - Frédéric Bourdin dans la peau de Nicholas Barclay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>