The Fourth Kind

On 27/07/2010 by Nicolas Gilson

La critique vidéo : Cliquez ICI.
La critique complète : Cliquez ICI.
La film en salle : CINEBEL.BE

Force est de constater que THE FOURTH KIND témoigne d’une absence radicale d’éthique : compromis hybride entre le faux-documentaire et le fantastique, le film se propose comme une fictionalisation du réel ou pour le moins d’un réel prétendu.

Si l’on adhère à la logique « réaliste », THE FOURTH KIND s’impose comme un improbable documenteur à la limite de la grossièreté tant le manque de crédibilité est palpable. Par contre, dans une idée de pure mise en scène, il se révèle être un compromis divertissant entre une logique documentaire et une artificialité évidente. Une présentation captivante de rencontres du quatrième type … encadrée d’une invitation à y croire selon ses convictions. Mais indéniablement la démarche, qu’importe la finalité, manque d’éthique. Certes il revient à Milla Jovovich de présenter la fiction en tant que telle ; mais en posant ce fondement elle ancre également une dynamique mensongère évidente : elle définit les documents ponctuant la mise en scène notable comme réels.

Certes il faut attendre le générique final pour pouvoir crier au scandale, mais l’absence tant des sources des « documents » visuels et sonores que de leur mise en scène plus que probable ne peut que conduire à la condamnation de la démarche … THE FOURTH KIND invite le spectateur à poser son propre jugement sans qu’il ne soit en mesure de le faire. Si l’artificialité du film au travers du recours à une mise en condition musicale n’était pas aussi limpide, l’exercice ressemblerait à une film de propagande … Encore que pour ce faire le réalisateur devrait tendre à une crédibilité documentaire qu’il ne maîtrise que partiellement.

D’un point de vue esthétique le caractère réaliste du film renvoie improbablent aux émissions speudo-informatives racoleuses tels « Docs de choc », « Grand angle » ou encore « Sept à huit » – la fin du film est proche du ridicule. Seuls les documents visuels et sonores – dont les sources ne sont jamais vraissemblablement citées – tendent à une réelle crédibilité … Mais le but n’est-il pas là ?

Pour le reste la confrontation entre la fiction affirmée et les dits documents par le biais d’un splitscreen est riche de sens. Mais le manque de radicalité dans le développement de la fictionnalisation du réel prétendu, en optant pour un compromis peu clair entre le documentaire qui ne fonctionne pas et le divertissement artificiel et conditionnant, est déplorable. Qu’importe alors que la direction d’acteur soit pertinente … d’autant que les plus crédibles ne sont pas crédités au générique.

THE FOURTH KIND
• / *
Réalisation : Olatunde OSUNSANMI
USA – 2008 – 98 min
Distribution : Belga Film
Fantastique / Documenteur / Thriller
ENA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>