Critique : The Drop

On 23/09/2014 by Nicolas Gilson

Après le succès remporté par RUNDSKOP et la nomination du film aux Oscars, Michaël R. Roskam a traversé l’Atlantique pour jouer dans la cour des grands. Dans ses valises, outre son habilité à diriger les acteurs, il a emporté Matthias Schoenaerts à qui il offre un rôle secondaire plein de nuance et inquiétant. Adaptation d’une nouvelle de Dennis Lehane qui en signe le scénario, THE DROP est un thriller atmosphérique au centre duquel Tom Hardy est éblouissant.

The Drop - tom hardy

« I’m not this and I’m not them. »

Barman dans un établissement géré par son cousin Marv (James Gandolfini), Bob Saginowski (Tom Hardy) est un gentil bougre qui mène une vie paisible et solitaire. Il observe le petit monde qui l’entoure, portant un jugement fataliste sur le système de blanchiment d’argent qui gangrène Brooklyn et dont le bar où il travaille est un maillon. Il recueille bientôt un jeune chien et est témoin d’un braquage qui tourne mal. Deux événements qui perturbent son quotidien et font ressurgir quelques fantômes du passé.

Au travers d’une introduction qui assoit avec aisance l’univers mafieux où prend place l’action, Michaël R. Roskam nous rend, d’entrée de jeu, complices de son principal protagoniste. La distance que Bob pose quant à la réalité qui est la sienne, nous permet d’en découvrir les contours et d’en percevoir le caractère routinier. La relation que le jeune homme entretien avec son cousin et avec certains clients esquisse son tempérament tandis que sa gentillesse est exacerbée au plus haut point quand il vient en aide à un pauvre chiot. Plus encore il devient aussi attachant que l’animal lorsque, timide et franchement gauche, il fait la connaissance de Nadia (Noomi Rapace) qui l’aide à le soigner.

the-drop-matthias-schoenaerts-tom-hardy-

Plus inquiet de s’occuper au mieux de son nouveau compagnon que par le hold-up dont il est victime, il témoigne d’un calme surprenant devant la police ou les menaces des réels propriétaires du bar. Si la figure de Bob est centrale, la construction scénaristique esquisse plusieurs points de vue qui nous permettent de découvrir la complexité d’une situation que le protagoniste ne perçoit pas ou ne semble pas percevoir. Il s’agit alors de suivre Marv, l’enquêteur (John Ortiz) ou encore Eric Deeds (Matthias Schoenaerts) – le propriétaire du chien et ex-petit ami de Nadia – dont le comportement va peu à peu perturber Bob. Superficielle et démonstrative, l’approche nous fond du tout même à la sensibilité de Bob. Plusieurs intrigues s’enlacent avant de s’épouser et de conduire à un basculement proprement surprenant.

Soignant son approche visuelle, Michaël R. Roskam offre au film une tonalité à la fois sensible et angoissante. Il signe un polar stylisé et atmosphérique où les figures tant des gangsters que du détective sont à dessein archétypales. L’approche est-elle trop léchée et la mécanique quelque peu impersonnelle que le réalisateur obtient le meilleur de son casting. Tom Hardy excelle dans le rôle de Bob, lui offrant une paradoxale fragilité de bambin qui s’applique à poser des gestes quelques fois surprenants avec un calme tel que nous en oublions les raisons et les conséquences.

The drop

THE DROP
Quand vient la nuit
♥(♥)
Réalisation : Michaël R. Roskam
USA – 2014 – 107 min
Distribution : 20th Century Fox
Drame

Tom Hardy The Drop

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>