Tad l’explorateur

On 25/03/2013 by Nicolas Gilson

Projet d’envergure mené par le réalisateur espagnol Enrique Gato, TAD L’EXPLORATEUR amuse sans convaincre. Gentil divertissement, le film manque cruellement d’originalité à force, paradoxalement, de vouloir en faire preuve.

Tad

Depuis l’enfance Tad rêve d’être un grand archéologue mais, plus couard que héros et plus niais que savant, il devient ouvrier en bâtiment et creuse des chantiers. Imaginatif ou absent selon le point de vue, il est ami avec un professeur dont il prend la place alors qu’il se rend au Pérou sur la route de la cité de Païtiti. Il est accueilli par Sara qui le prend pour le confrère de son père également professeur. Rapidement ils doivent faire face à des truands qui veulent les contraindre à leur donner les clés pour accéder à la ville censée receler le secret de l’immortalité.

Une série de protagonistes archétypaux sont mis en scène dans des aventures sans volume dont seules quelques séquences enchantent. Toutefois, bien qu’elle manque de rythme, la ligne narrative pour le moins manichéenne et cousue de fil blanc fonctionne. A celle-ci s’additionnent sans faire mouche une romance dénuée d’intérêt (si ce n’est celui d’objectualiser le seul personnage féminin), de gentils running-gags et divers ingrédients qui bien que sympathiques sont dépourvus de réelle singularité – à l’instar du chien de Tad ou du perroquet muet de Sara – : autant d’éléments qui attisent et démultiplient l’attention du spectateur tout en donnant une impression indépassable de bric-à-brac bien disparate.

Le contraste entre la qualité graphique des décors et de nombreux détails et celle de l’animation générale impressionne tant la première est louable. Les appuis – pour le moins monstratifs – sont nombreux (à titre d’exemple, lorsque Tad voit Sara, l’image défile au ralenti et des coeurs comme autant de paillettes envahissent l’écran tandis que l’expressivité du visage de Tad est grossière) et dominent la dynamique générale qui manque dès lors de finesse tandis que les dialogues (en français) sont tout bonnement neuneus.

Le film est enrobé musicalement de manière dictatoriale. Plus encore le conditionnement est pensé jusque dans l’intertextualité (toute limitée) des paroles des chansons choisies pour exacerber le pathos des protagonistes. Et en employant un morceau du groupe « One Directions » pour illustrer la passion naissante de Tad pour Sara, le réalisateur à raison de nous (et de notre relative objectivité).

Tad, Jeff et Sara

TAD L’EXPLORATEUR
Las Aventuras de Tadeo Jones

Réalisation : Enrique GATO
Espagne / USA – 2012 – 86 min
Distribution : Belga Films
Animation / Aventure

Tad l'explorateur - affiche :poster

Tad l'explorateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>