Cannes 2013 : Steven Spielberg président

On 28/02/2013 by Nicolas Gilson

Succédant à Nanni Moretti, le réalisateur et producteur américain Steven Spielberg a accepté de présider le Jury du 66e Festival de Cannes qui se déroulera du 15 au 26/05/2013.

« Mon admiration pour la façon inébranlable dont le Festival de Cannes défend le cinéma international est totale. Car Cannes est le plus prestigieux de tous les festivals, ce qui lui permet de continuer à affirmer que le cinéma est un art qui transcende les cultures et les générations. »

Passionné de cinéma dès son plus jeune âge, Steven Spielberg voit son premier film pour le cinéma SUGARLAND EXPRESS être sélectionné à Cannes en 1974 où remporte le Prix du scénario. Le réalisateur enchaîne alors avec une série de succès qui ont marqué l’histoire du cinéma contemporain : LES DENTS DE LA MER (Jaws, 1975), RENCONTRES DU TROISIEME TYPE (Close Encounters of the Third Kind, 1977), LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE (Raiders of the Lost Ark, 1981) et enfin E.T (1982) présenté en clôture du Festival de Cannes, pour la dernière séance du Palais Croisette.

Steven Spielberg, c’est aussi JURASSIC PARK qui, en 1993 et comme beaucoup de ses autres films, bat des records de recettes aux Etats-Unis. A côté de ses succès commerciaux, il réalise des films plus engagés : LA COULEUR POURPRE (The Color Purple, 1986), L’EMPIRE DU SOLEIL (Empire of the Sun, 1987), ALWAYS (1989) et LA LISTE DE SCHINDLER (Schindler’s List, 1993), qui lui apporte la consécration et plusieurs Oscars, dont celui de meilleur réalisateur.

En 40 ans de carrière, il a réalisé 27 films.

« Le souvenir de mon premier Cannes remonte déjà à plus de 31 ans, a-t-il également déclaré au Festival, mais ça reste l’un des moments les plus forts de ma carrière. Depuis plus de six décennies, Cannes est une plate-forme incomparable destinée à faire découvrir des films extraordinaires venus du monde entier. C’est pour moi un grand honneur et un immense privilège de présider le jury d’un Festival qui ne cesse de prouver, inlassablement, que le cinéma est le langage du monde. »

« C’est E.T. que j’ai montré en 82 en première mondiale, qui a tissé des liens qu’on n’oublie pas. Depuis, j’ai souvent demandé à Steven de présider le jury, mais à chaque fois, il me répondait qu’il tournait. Aussi cette année, quand on m’a dit E.T. phone home, j’ai compris et j’ai répondu : enfin ! » Gilles Jacob, président du Festival de Cannes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>