Critique : Song For Marion

On 16/04/2013 by Nicolas Gilson

Paul Andrew Williams signe avec SONG FOR MARION un comédie simiesque pleine de tendresse et de bons sentiments. Gentiment artificiel le film se construit sous un angle démonstratif où mise en scène et dialogues tendent à amuser et à émouvoir le spectateur.Song For Marion - le fils, la petite fille et Marion

Bien qu’atteinte d’un cancer, Marion (Vanessa Redgrave) respire la joie de vivre. Depuis des années, elle partage son quotidien avec Arthur (Terence Stamp), bougon et râleur. Ils ont un fils par avec lequel, comme avec toute autre personne, Arthur est froid. Marion chante dans une chorale animée par la dynamique Elizabeth (Gemma Arterton – lumineuse bien que plus convaincante dans le réussi TAMARA DREWE de Stephen Frears) ce que ne comprend pas son mari. Très peiné par la maladie de sa femme dont il redoute le départ, Arthur est toutefois intrigué voire hypnotisé par la dynamique de groupe qui séduit Marion.

À une écriture caricaturale et cousue de fil blanc répond une approche démonstrative : scénario et réalisation vont de pair dans une même idée monstrative et superficielle. Il s’agit tantôt d’émouvoir le spectateur en le prenant proprement en otage, tantôt de lui offrir une série de bulles qui dessinent autant de parenthèses enchantées. Les choix esthétiques semblent conditionnés à deux axes narratifs distincts, d’une part celui réaliste – et dramatique – de la relation entre Arthur et Marion (incluant la relation au fils et la maladie) et de l’autre celui, ludique et réconfortant, du contrepoint humoristique qui se veut enchanteur – si l’on trouve drôle de voir une série de personnes âgées chanter « Let’s talk about sex » ou une dame s’avérer nymphomane le temps d’un comique de situation – à l’instar des renforts musicaux qui servent à asseoir un diktat sensitif qui n’a rien de sensible.

Si le casting est séduisant, il est triste que la superficialité de l’écriture et l’identitaire caricatural des protagonistes ne permettent jamais de leur donner volume ou nuance tant l’approche demeure superficielle et appuyée (malgré des intentions louables bien que trop perceptibles). SONG FOR MARION s’avère néanmoins être un sympathique divertissement – un doux bonbon au miel enrobé de cellophane coloré.

Song For Marion - Gemma Arterton, Terence Stamp et Vanessa Redgrave

A SONG FOR MARION

Réalisation : Paul Andrew WILLIAMS
Royaume-Uni – 2013 – 85 min
Distribution : Cinéart
Comédie

Song For Marion - poster

Song For Marion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>