Les Folles Aventures de Simon Konianski

On 24/11/2009 by Nicolas Gilson

Une triple dédicace et une musique joyeusement burlesque semblent donner le ton, une brève séquence d’introduction plante gaiement le décor et confronte le spectateur au personnage de Simon tandis qu’il prend lui-même conscience du bordel dans lequel il s’est fourré : retourner vivre chez son père alors qu’il a 36 ans. Chômeur, juif pro-palestinien, amoureux d’une danseuse goy avec qui il a eu un fils non-circoncis … Simon est le fardeau de son vieux père. La relation qui unit les deux hommes est dans un premier temps savoureuse tant elle n’est en fait que confrontation les opposant.

Au travers d’une galerie de personnage proprement caricaturaux, Micha Wald tente de mettre en scène une douce comédie sarcastique et humaine. Il semble ancrer une dynamique de réappropriation du souvenir, d’impressions vécues qui recèlent un caractère cocasse et nostalgique. Cependant ses choix esthétiques et les longueurs de la trame narrative ne permettent pas au film de décoller. Au mieux des séquences fonctionnent efficacement, mais le film dans son unité s’épuise rapidement.

Sans doute le découpage est-il à remettre en cause, tant la diversité de la captation filmique manque de cohérence. S’il apparaît de prime abord que le réalisateur appréhende le film selon un double point de vue de la distanciation – plan fixe où le jeu s’établit face caméra, et de l’assimilation au protagoniste principal – multiplications de plans subjectifs, très vite cela s’amenuise au point que chaque séquence apparaît fonctionner différemment. Ce qui engendre un méli-mélo dépourvu d’assise esthétique claire. La situation primant sur la cohérence de l’ensemble …

Le rythme en dent de scie de l’évolution narrative se double d’un manque de rythme cruel au sein même de certaines séquences, laissant présager une direction d’acteur quelque peu bancale. Alors que certaines scènes fonctionnent à merveille, d’autres ne parviennent pas à décoller … Pourtant le réalisateur arrive ponctuellement à mettre en place une sorte de communion joyeuse avec le personnage de Simon …

Néanmoins le rire est au rendez-vous. Les caricatures mises en place sont croustillantes ; elles sont intelligemment caractérisées et prennent vie avec une série de détails bluffants. Si SIMON KONIANSKI se révèle séduisant à divers égards, ses trop nombreuses failles ne permettent pas à SES FOLLES AVENTURE de convaincre.

LES FOLLES AVENTURES DE SIMON KONIANSKI
*
Réalisation : Micha WALD
Belgique/France/Canada – 2009 – 100 min
Distribution : O’brother
Comédie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>