Interview : Sebastiano Riso

On 23/06/2015 by Nicolas Gilson

En 2014, Sebastiano Riso présentait PIU BUIO DI MEZZANOTTE (Mezzanotte) à la Semaine de la Critique de Cannes. A fil de son premier long-métrage il met en scène la fugue de Davide, un adolescent androgyne qui trouve refuge auprès de marginaux, travestis et prostitués. Basé sur une histoire vraie, le film est emprunt d’une atmosphère singulière où entrent en dialogue la réalité et les souvenirs du protagoniste projeté dans un univers hors du temps, teinté d’une coloration 1980. Rencontre timorée.

Piu Buio di mezzanotte

Qu’est-ce qui vous intéressait dans la mise en scène d’une jeune adolescent ? - A 14 ans, vous êtes à une période charnière : si vous êtes encore jeune, vous devenez lentement adulte mais parallèlement vous manquez d’équilibre et vous êtes plus fragile. Et c’est d’autant plus le cas ici car le protagoniste oscille entre deux genres.

Le film est basé sur une histoire vraie. Qu’est-ce qui appartient à la fiction ? - On pourrait dire que 85% du film est vrai même si beaucoup de choses ont été modulées. Ce qui est assez paradoxal c’est que nous avons retiré énormément d’éléments car on trouvait que c’était beaucoup trop fort au point de paraître exagéré. On a préféré se concentrer sur la partie poétique ce qui nous permettait de créer une histoire plus universelle. Après cette première étape, on a pris la décision de placer l’action dans une époque contemporaine – et non plus dans les années 1980.

Néanmoins il y a une impression d’immersion au coeur des années 1980. - Oui. Le film s’ouvre sur la fugue du protagoniste qui laisse tomber son téléphone portale avant de s’enfuir. Cette fuite est comme une passerelle vers le passé… L’espace où vivent les marginaux qu’ils rencontrent est hors du temps. Après tout, ils ont toujours existé. (…) La musique des années 1980 est très facile, tout le monde l’apprécie. Elle permet aussi de placer le film dans une période temporelle incertaine et indéterminée.

Piu-Buio-di-Mezzanotte-Davide-Capone-e-Giovanni-Gulizia-650x300

Le film est construit sous la forme d’un dialogue entre le présent et le passé de Davide révélant peu à peu les raisons de sa fuite. Pourquoi ce choix ? - Je ne sais pas si on peut parler de flash-back à proprement parler. Dans ce cas, il s’agit plutôt de souvenirs qui sont tous assez froids et dépourvus de joie lorsqu’ils ne sont pas cruels.

Vous demandez au spectateur d’être actif notamment en suggérant un hors-champs des plus significatifs - Faire travailler l’imagination du spectateur est extraordinaire. C’est beaucoup plus intéressant que de montrer les choses. Quand on ne peut pas voir ce qui se passe, l’attention est décuplée. Parallèlement, ne pas montrer certaine choses est aussi une preuve de respect pour le protagoniste et pour l’acteur. Davide (Capone) avait 14 ans au moment du tournage, j’ai été vigilant à le protéger. Il avait vraiment confiance en moi et je ne voulais pas en profiter.

Quelles ont été vos références ? - Il est difficile de dire si je suis influencé par l’un ou l’autre cinéaste même s’il est certain que les réalisateurs que je préfère doivent d’une manière ou d’une autre m’avoir influencé. J’adore Michael Hanneke, Roberto Rossellini, Rainer Werner Fassbinder ou Matteo Garrone, et je suis sûr qu’ils m’ont inspiré mais je ne sais pas préciser comment.

Vous offrez à Pippo Delbono le rôle d’un proxénète sordide. Pourquoi l’avez-vous choisi ? - Je suis un grand fan de Pippo Delbono. Je connais son travail de dramaturge. C’est d’autant plus impressionnant qu’il est rare en Italie d’avoir des personnes aussi courageuses. Son travail, en théâtre comme au cinéma, est très audacieux. C’est très profond et très intense. Je l’ai contacté en lui disant à quel point il est un acteur formidable et qu’il était le seul pour moi à pouvoir interpréter le rôle. J’étais persuadé qu’il pourrait rendre vie à ce personnage. Et il m’a dit oui après avoir lu le scénario.

Sebastiano Riso - Davide Capone - Mezzanotte Sébastiano Riso 53 Semaine de la critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>