Critique : Saul Fia (Le fils de Saul)

On 22/10/2015 by Nicolas Gilson

Etourdissant premier long-métrage que celui de Laszlo Nemes qui avec LE FILS DE SAUL nous plonge dans le camps d’Auschwitz sous l’angle inédit des Sonderkommando – ou porteurs de secrets. Révélant proprement le fonctionnement routinier d’une usine de la mort, le réalisateur propose une photographie sans concession d’une réalité déconcertante. Magistral.

Déporté à Auschwitz-Birkenau, Saul Ausländer fait partie du Sonderkommando et obéit aux ordres des nazis qu’il assiste dans leur plan d’extermination. Avec d’autres prisonniers, il est forcé de travailler dans l’un des crématoriums. Persuadé reconnaitre son fils dans le cadavre d’un enfant, il se met en tête de lui offrir une sépulture et un enterrement juif traditionnel.

LE fils de saul

Laszlo Nemes pose sa caméra au plus près de Saul, se concentrant sur son visage ou épousant ses gestes et son agitation. Si le cadre est serré, l’approche tend à une séquentialité rendant d’autant plus réaliste un univers et un fonctionnement dépeints avec une étourdissante justesse. En arrière-plan, derrière l’oppression et la radicalité de son approche, il met en lumière avec brio l’organisation du travail au camps mais le rôle des Kapo et l’interaction entres les différents membres des Sonderkommando – dont le traitement « de faveur » n’épargne pas leur future élimination – rendue d’autant plus certaine qu’il ne faut laisser aucune trace de l’extermination.

D’entrée de jeu, le réalisateur nous fond proprement à l’énergie de son personnage alors qu’il est chargé d’escorter un convoi vers le local où hommes et femmes doivent se déshabiller afin de prendre une douche « avant de recevoir à manger et du café ». Il s’assure que les déportés entrent bien dans le local où ils sont gazés et, pendant qu’ils hurlent à la mort et tambourinent sur les parois, il trie leurs biens et leurs vêtements. Il s’agit de nettoyer la place avant de déblayer les douches en emportant les « pièces » au crématorium avant de nettoyer le sol et de gommer toute trace. Tandis que se dessinent la routine et l’oppression, survient un événement inattendu qui signe un basculement scénaristique : un enfant, qui semble avoir résisté au gaz, agonise. Saul en éprend le corps, le porte aux médecins et se refuse à le voir être réduit en cendres comme les autres « pièces ». Il décide de trouver un rabbin et de lui offrir les adieux auxquels il a droit.

Finement documenté, le scénario est composé avec génie – soulignons le rôle joué par la pluralité des langues définissant le vertige quotidien auquel sont confrontés les déportés. Loin d’être un prétexte, le combat soudain de Saul rend quelque humanité à un homme – comme tant d’autres – à qui la nazisme l’a ôtée. Le parcours qu’il entame permet de dessiner, à chacune de ses étapes, au fil de ses interactions ou des contraintes, la réalité complexe et pourtant mécanique de la machine allemande. Au-delà, il s’agit de mettre en perspective la situation singulière dans laquelle sont plongée les membres des Sonderkommando – évoquée dès l’ouverture du film par le biais d’un avant-propos textuel – qui, au moment de l’action sont sur le point d’ourdir une rébellion.

A la virtuoisité de l’approche visuelle – notons la majestuosité du 40 mm – répond celle du son, sans doute plus oppressant encore, qui participe à la prouesse du réalisateur : transcender la réalité d’Auschwitz tout en actant d’une immersion tout à fait singulière au coeur du camps de concentration. Toutefois, LE FILS DE SAUL n’est jamais un objet esthétique : la radicalité et la maitrise de l’approche est au service de son sujet. Cinéaste « entier », Laszlo Nemes s’impose égaement comme un directeur d’acteur extraordinaire obtenant de l’ensemble de son casting – Géza Röhrig en tête – une immersion totale dans la complexité de leur rôle.

Le-fils-de-Saul-Laszlo-Nemes-Photo-2-655x498

SAUL FIA
LE FILS DE SAUL
♥♥♥♥
Réalisation : Laszlo Nemes
Hongrie – 2015 – 107 min
Distribution : Cinéart
Drame

Cannes 2015 – Sélection Officielle – Compétition
Film Fest Gent 2015 – Compétition

Cannes 2015 signature 2

mise en ligne initiale le 15/05/2015le fils de saul affiche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>