Rio 2

On 02/04/2014 by Nicolas Gilson

Fait-il suite à un premier épisode que cela importe peu, RIO 2 se suffit amplement à lui-même et s’avère être un divertissement familial. Pensée avec acuité afin de séduire petits et grands, l’animation jongle avec l’humour tout en flirtant avec la comédie musicale.

Rio2

Blu et Perla vivent à Rio auprès de leurs trois oisillons. Lorsqu’ils apprennent que d’autres perroquets bleus vivent peut-être en Amazonie, Blu ne dit pas non à la proposition de Perla de s’y rendre. Habitué à un mode de vie singulier et muni de son sac banane, il découvre un mode de vie qui semble bien plus plaire à sa famille qu’à lui-même…

Lorsque le film s’ouvre, certains retrouvent une galerie de personnages rencontrés dans RIO tandis que d’autres peuvent les découvrir. Car si l’envolée vers la forêt amazonienne qui prend bientôt place succède aux aventures du premier opus, elle est un épisode indépendant qui renvoit à ce dernier avec intelligence lorsque cela s’avère nécessaire. Les caractères des protagonistes sont dépeints avec efficacité tout en ancrant de nombreux commentaires par le biais d’un amusant anthropomorphisme – poussé à l’extrème dans le cas de Blu. La ligne narrative est rythmée d’épisodes qui la complexifient tout en permettant d’en sortir complètement à l’instar de séquences musicales lors desquelles les « méchants » partent proprement dans leur délire.

RIO 2

Car évidemment le parcours de Blu et des siens est parsemé d’embuches allant du machiavélisme d’un vil entrepreneur qui déteste les écologistes à la vengeance d’un perroquet blanc qui ne peut plus voler à cause de l’oiseau bleu. Quelques touches de jalousie, une romance improbable entre un oiseau et une grenouille, une once de solidarité, des auditions pour le prochains carnavals et quelques poignées d’amitié servent de liant à ces aventures sympathiques qui s’adressent à plusieurs publics et à plusieurs âges.

L’approche esthétique est maîtrisée ; graphisme et couleurs séduisent tandis que Carlos Saldanha – fort d’avoir donné vie aux épisode d’ICE AGE ou à RIO – insuffle au film un dynamique efficace malgré des changements de tonalité assez improbables.

Loin d’être sensasionnelle, la 3D donne une réelle texture aux animaux à l’instar du contours de leurs yeux, de leur plumage ou encore du caractère viscueux et translucide de la vilaine grenouille. La matière semble palpable voire réaliste (le travail sur la lumière est impressionnant). Le plus souvent atmosphérique, la musique fait corps avec certains protagonistes et devient l’un des éléments permettant au réalisateur de mettre en scène des tableaux musicaux proprement enchanteurs tel celui où la grenouille déclare son amour. Il met ainsi en place un jeu avec de nombreuses références culturelles et populaires, s’en moquant tantôt (en exacerbant la dramarturgie du perroquet se prenant pour Shakespeare) ou les louant, tout en permettant à chacun d’y adhérer. Des envolées presque incohérentes par rapport à la ligne narrative mais qui donnent au film un curieux cachet – ou simplement sa singularité.

Rio 2 affiche

RIO 2
♥♥
Réalisation : Carlos Saldanha
USA – 2014 – 101 min
Distribution : 20th Century Fox
Animation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>