Reality

On 31/10/2012 by Nicolas Gilson

Matteo Garrone ouvre son film avec féérie et ironie. Une calèche aux ornements dorés, tirées par des chevaux blancs, quitte les rues où régit une circulation d’automobiles normales afin d’entrer dans la cours d’un château. Les décors et les costumes sont d’une rare kitcherie. Nous sommes interloqués par l’univers auquel nous sommes confrontés. Mais rapidement la réalité de cette mise en scène s’impose. Le conte fait place à une situation banale et excessive d’un mariage à l’italienne.

Un mariage où l’exagération, le faste et l’importance de la famille s’imposent. Un mariage anodin, puisque, au sein de l’espace féérique, se tiennent d’autres mariages bien similaires. La dimension macrocosmique de REALITY est alors assise, avec force et ironie.

Lorsque les strass se rangent, le quotidien de Luciano et de sa famille s’impose à nous avec une impression de vérité déconcertante. Une petite vie de petites gens qui se veut commune. Encore que pour Luciano, officiellement poissonnier et bonimenteur à ses heures, les fins de mois sont heureuses grâce à un système d’escroquerie brillamment mis en place.

Néanmoins, bien qu’heureux, Luciano rêve de gloire – une gloire que le réalisateur met pourtant en scène avec sarcasme. Il aimerait participer à un jeu de téléréalité qui lui permettrait d’assurer ses besoins et au-delà. Encouragé par sa famille, il passe le casting local avant d’être appelé à Rome, dans les studios de Cinecittà (clin d’oeil au devenir du cinéma italien), pour la sélection finale. Il perd alors peu à peu les pédales. Et le rêve vire au cauchemar.

REALITY est un film qui, avec légèreté, nous confronte au devenir de notre société où la réalité vendue par la télévision se substitue à la vie elle-même. L’écriture est habile. Le scénario nous entraine, du conte de fée à la réalité ; de la réalité au rêve et du rêve au cauchemar. Au basculement vers la déraison répond un soucis constant de l’image et du paraître…

La force de la mise en scène est indéniablement son caractère vérisimilaire. La justesse d’intreprétation de l’ensemble du casting est troublante tant les protagonistes semblent être saisis sur le vif, dans leur quotidien. La musique, souvent tout en contraste, fait sens tout en mettant en place une dynamique sensible. Troublant.

REALITY
♥♥♥(♥)
Réalisation : Matteo GARRONE
Italie – 2012 – 115 min
Distribution : /
Comédie dramatique

Cannes 2012 – Compétition Officielle

Mise en ligne initiale le 20/05/2012


Comments are closed.