Pulsar

On 18/01/2011 by Nicolas Gilson

Tous les éléments sont présents pour faire de PULSAR un film majestueux qui fond le spectateur au délire d’un homme, à sa paranoïa dévastatrice. Tous sauf un, sans doute essentiel, actant du basculement de l’homme vers la déraison. L’écriture première est trop palpable et, malgré les qualités esthétiques et la subtile direction d’acteur, la sauce ne prend que si le spectateur adhère à la logique mise en place..

Alex Stockman signe un film trouble plus que troublant. Samuel (Matthias Schoenaerts épatant) sombre peu à peu vers la folie lorsqu’un hacker pirate son système informatique. A mesure que le piratage s’ancre plus avant, malgré les tentatives de Samuel de contrer cette incursion, le jeune homme se perd. Sa réalité s’effondre comme un jeu de domino. Alex Stockman met cela en scène avec justesse. Il confronte le spectateur aux gestes de Samuel, de plus en plus déraisonnables. Mais si la source de son basculement est compréhensible, celui-ci, bien que s’inscrivant pleinement à l’écran, apparaît ne pas avoir de source claire, d’élément déclencheur, si ce n’est le doute qui ronge le protagoniste avec perfidie…

L’écriture trop appuyée empêche le spectateur de plonger dans la déraison du protagoniste et l’en tient à distance. Il est nécessaire de partager la logique voulue par le réalisateur, de ne pas remettre en question des caractéristiques motrices telle que la non maîtrise de l’outil informatique par quelqu’un qui l’emploie pourtant au quotidien. Car le « hic » est de s’attacher à une réalité commune, à un réalisme dépeint par les choix de mise en scène alors que les enjeux se veulent fantasques. Soit le spectateur entre dans une terrible aventure, soit il observe un homme en perdition.

Le travail sur le son est interpellant. Il esquisse le délire de Samuel avant de le renforcer. En parallèle, les choix photographiques sont porteur de sens. Alex Stockman joue avec la l’esthétique du genre tout en actant d’une approche réaliste des gestes qu’il capte avec minutie.

PULSAR
♥(♥♥)
Réalisation : Alex STOCKMAN
Belgique – 2010 – 95 min
Distribution : Imagine
Comédie Dramatique
EA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>