Poulet aux prunes

On 16/11/2011 by Nicolas Gilson

Après PERSEPOLIS, Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud adaptent POULET AU PRUNES au cinéma. Ils portent le choix de ne pas signer un film d’animation et le résultat, très artificiel et désarticulé, est décevant. Le casting est majestueux, le récit est à la fois simple et complexe – riche en somme – mais la construction du film apparaît n’être que « storyboarding ».

Par le biais d’une voix-over, les auteurs ancrent POULET AU PRUNES dans une dynamique de récit. Le film est d’emblée la mise en scène d’un conte persan. Dans le Téhéran de 1958, Nassar Ali Khan qui a perdu le goût de vivre décide de se laisser mourir. Mais avant que le temps ne s’arrête, il est question de voyage à travers l’imaginaire, la logique et les époques. Alors que les jours se (dé)comptent jusqu’au moment fatal, les protagonistes vont et viennent dessinant le destin d’un homme, d’une famille mais aussi, plus discrètement, d’une société.

Le film apparaît comme décousu. Certes la voix-over – le conteur – en maîtrise les ficelles et le caractère tantôt trouble de la narration est singulier mais l’ensemble, ne cessant de jouer avec les artifices, n’apparaît pas être pensé cinématographiquement. Un parti-pris qui aurait pu être payant mais qui laisse dubitatif tant le film semble n’être que graphique.

Des épisodes valent le détour – comme la séquence « américaine » où l’artificialité est payante – mais le plaisir fait trop souvent place à l’ennui, la magie à l’incrédulité. De même, l’emploi de la musique tantôt égaye, tantôt fatigue. Dommage.

POULET AUX PRUNES
♥(♥)
Réalisation : Marjane SATRAPI et Vincent PARONNAUD
France/Belgique/Allemagne – 2011 – 93 min
Distribution : Cinéart
Drame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>