Populaire

On 19/11/2012 by Nicolas Gilson

Servi d’un séduisant casting, POPULAIRE est un sympathique divertissement. Régis Roinsard signe un premier long-métrage maitrisé. Romance et humour s’entremêlent dans une mise en scène dont l’artifice amuse et distrait.

Rose Pamphyle (Déborah François), la fille d’un épicier de village, désire être secrétaire. Contre l’avis de son père qui veut la marier au meilleur parti du coin, elle se rend à Lisieux à un entretien d’embauche et est engagée, non sans mal, par Louis Echard (Romain Duris). Peu qualifiée pour la fonction, Rose, d’une fraîcheur aussi candide que déconcertante, tape cependant très vite à la machine et Louis la pense capable de gagner le concours de dactylographie au niveau régional voire national et, pourquoi pas, international…

Rose rêve-t-elle d’émancipation que celle-ci est toute conditionnée par l’époque. Reniée par son père car elle a quitté le foyer contre son consentement, elle tombe fatalement sous le charme de son patron. La domination masculine change simplement de masque, pas de visage. Mais POPULAIRE est une comédie légère, une pure romance. Ainsi si tout oppose Rose et Louis – au-delà des sexes, leurs origines sociales et familiales –, c’est là la règle d’or pour une possible histoire d’amour.

L’approche esthétique présente une mise en scène à dessein appuyée (voire maniérée) et, ponctuellement, des cadrages et un éclairage dignes des films en technicolor des studios hollywoodiens. Un charmant générique donne d’ailleurs d’emblée le ton : le film s’ouvre avec une animation qui excite la nostalgie chez les fanatiques de « Ma Sorcière bien aimée ». Graphisme, couleurs et orchestration font mouche et mettent le spectateur en condition.

Régis Roinsard convie le spectateur à voyager dans le temps, à retrouver, sous des atours artificiels, la fin des années cinquante. S’il amuse le spectateur, le point de vue qu’il adopte n’est guère critique quant à l’époque mise en scène. Certes quelques séquences témoignent de la difficulté – voire de l’impossibilité – pour une femme d’être émancipée socialement parce que « jugée », mais ce n’est pas là le sujet du film. Au mieux, une femme émancipée est ici une parfaite épouse (mère, ménagère et cuisinière) qui est devenue la complice de son mari à l’instar du personnage de Marie Taylor (Bérénice Bejo), une amie de Louis qui semble déjà projetée dans les années soixante.

Louis Echard n’est a priori pas non plus épargné. Il vit dans l’ombre de son père auquel il n’ose faire face. Entraîner Rose est pour lui la possibilité de prendre une revanche par rapport à ses ambitions sportives refoulées. Célibataire endurci, il n’envisage pas de suivre « la règle » qui voudrait qu’il épouse sa secrétaire.

Bien que présentant un rythme inégal, le scénario est efficace. POPULAIRE est un séduisant divertissement parsemé d’humour. Le contraste entre l’époque mise en scène et la réalité contemporaine est en ce sens délicieux. Toutefois POPULAIRE ne dépasse pas le stade de l’agrément et, au mieux, met en place une ironie décalée. Le message véhiculé est loin de celui de DOWN WITH LOVE de Peyton Reed ou, même s’il s’agit d’une autre époque, de POTICHE de François Ozon : Régis Roinsard, sans en faire l’apologie mais sans non plus les mettre en perspective, met en scène les codes sexistes de l’époque.

Si ce n’est cette curieuse impression de plonger dans la réalité décrite dans les premières éditions des guides Marabout Flash*, POPULAIRE est un agréable spectacle qui conduit au délassement et à la rigolade.

*A l’instar du très instructif – plus sur l’époque que sur la fonction – « Je suis secrétaire… au bureau comme chez moi » publié en 1961 (Marabout Flash, Les éditions Gérard et C°, Verviers)

POPULAIRE
♥♥(♥)
Réalisation : Régis ROINSARD
France – 2012 – 111 min
Distribution : Cinéart
Comédie – Romance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>