Plan de Table

On 08/04/2012 by Nicolas Gilson

Démonstratif à tous les niveaux, PLAN DE TABLE, qui présente une galerie de personnages construits sur l’unique base d’un vernis qui se craquelle, s’avère être un catalogue de blagues ringardes et de situations éculées. Affligeant.

Après un générique en animation 3D où déjà la musique s’impose, PLAN DE TABLE s’ouvre sur une séquence introductive déjà pathétique où deux protagonistes, Eric et Marie, se rencontrent et s’échangent des blagues d’une rare balourdise qui donnent le ton… le tout encadré par la voix-over du protagoniste masculin. Un enrobage qui s’avère bien vite constant et qui est doublé d’une seconde voix-over…

Après cette rencontre en mode zapping, guidés donc par la voix-over du personnage d’Eric, nous voilà six ans plus tard à une réception de mariage. Eric y prend Marie sur la table faisant tomber les cartons nominatifs. Marie, partant rendre un volume adéquat à sa robe de mariée, demande à Eric de replacer les cartons. C’est alors que s’opère un rebondissement étourdissant : Eric n’est pas le futur époux !

Remis de nos émotions, nous pouvons nous laisser guider non pas par une, mais par deux voix-over qui commentent tout jusqu’à replacer du dialogue là où il n’y en a pas et surtout là où c’est bien inutile. La seconde voix-over est celle de Marjorie, la soeur de la mariée : une éternelle célibataire qui synthétise les slogans et les conseils des magazines féminins. Un désastre – et c’est dommage car Audrey Lamy qui lui donne vie est une comédienne brillante. Les personnages n’existent pas, ils composent une série de représentations toutes caricaturales. Le trait est grossier. L’ensemble est affligeant.

Un premier tour de table, bien superficiel, conduit à une conclusion narrative précipitée… Eric intervient : et s’il avait placé les cartons autrement ? L’idée est judicieuse, mais le battement d’aile d’un papillon est intéressant si on lui donne du volume… et de volume il n’est question que dans le noeud de la – très jolie – robe de la mariée. Dès lors ce sont trois faux-départ qui sont sont contés comme autant de démonstrations et de pets mouillés. Et, à défaut d’être développés, les personnages s’enlisent dans des caricatures de plus en plus épaisses tandis que d’un point de vue esthétique, la réalisatrice touche à tout (split screen, surimpression, ralentis, accéléré… ) sans cohérence et, surtout, sans motivation autre que monstrative.

L’enrobage musical, qui est loin d’être sensible, est risible à l’instar du moment où la réalisatrice recourt à « Turn Around » pour ancrer le déboussolement de ses protagonistes. Citons encore en exemple la chorégraphie lors du mariage qui semble n’être là que parce que c’est « cool » une chorégraphie dans une séquence de mariage.

Avec un scénario d’une rare pauvreté, une approche esthétique monstrative incohérente, un enrobage musical improbable ou encore le recours à deux (!?) voix-over dictatoriales, PLAN DE TABLE apparaît en fait être exemplatif de tout ce qu’il ne faut pas faire – ou additionner – au cinéma. Bref, en un mot : pathétique !

PLAN DE TABLE

Réalisation : Christelle RAYNAL
France – 2012 – 84 min
Distribution : uDream
Comédie

One Response to “Plan de Table”

  • Je pense que l’auteur de cette critique probablement très mal dormi le jour où elle a rédigé ces lignes, peut-être même sort-elle de 6 mois de règles douloureuse, ce qui est sûr c’est qu’elle n’aime pas la réalisatrice.
    Est-elle arrivée avant vous à l’examen finale, vous raflant l’ultime place aux concours qui permet de devenir autre chose que « Critique » ?
    Non mais sérieusement, qui d’autre qu’un aussi pauvre intellectuel de la rive gauche que vous trouverait un intérêt dans une critique aussi peu constructive et objective.
    Ce film est tout à fait à la hauteur de ses ambitions : faire passer un agréable moment au spectateur, sans prétentions, casting agréable et histoire simple.
    Retournez à vos études et montrez ce que vous savez faire, insipide journaliste. c’est tellement facile de critiquer caché derrière son écran, sans n’avoir jamais rien fait de sa vie, là est la vraie misère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>