Pieds Nus Sur Les Limaces

On 06/10/2010 by Nicolas Gilson

Avec son second long-métrage Fabienne Berthaud invite le spectateur à une riche rencontre. PIEDS NUS SUR LES LIMACES met en scène deux sœurs réunies dans le deuil de leur mère. L’une apparaît rapidement être en marge de la normalité commune : Lily est folle pour les uns, inadaptée pour les autres … En somme, elle n’entre dans aucune case. L’autre, au contraire, Clara mène une vie posée, rangée, presque millimétrée. Pourtant toutes les deux sont en complet déséquilibre, perturbées par la mort de leur mère, troublées par les répercutions que cela engendre dans leur quotidien. Lily se sent pousser des ailes, sûre d’une liberté efficiente, tandis que Clara s’interroge sur le devenir de sa sœur. La douce folie de la première va alors obliger la seconde à la prendre en charge. Leurs univers respectifs vont alors, enfin, se rencontrer. Ce qui engendre une vive dynamique de contamination ; la normalité se trouvant remise en question.

Indéniablement la force du film repose sur la qualité d’interprétation tant de Ludivine Sagnier (Lily) que de Diane Kruger (Clara). Elles forment un duo éclatant. Toutes deux font preuve d’une fragilité aussi pertinente que percutante. L’une dans un certain excès, l’autre dans la retenue. La crédibilité de Ludivine Sagnier et sa générosité de jeu sont admirables. Elle donne vie à un personnage d’une sincérité plus que troublante. Elle ne retient rien, s’offre pleinement. Diane Kruger, autrement, tend à cette même générosité. L’ensemble du casting témoigne d’une qualité de jeu majestueuse flirtant avec un rare réalisme.

Si l’écriture du film, tant d’un point de vue scénaristique que du montage, est à la fois intelligente et fluide, complexe et intelligible, la qualité des dialogues – d’une rare justesse – est brillante.

Fabienne Berthaud opte pour suivre les gestes de ses protagonistes, l’intensité de leurs regards, le poids de leurs silences. Jamais elle n’hésite à les scruter, permettant alors une mise à nu franche où un cadrage serré sert de révélateur. La dynamique de cadrage induit cependant un point de vue observant, dû au mouvement quasi incessant de la caméra, sans toutefois sombrer dans le voyeurisme. La réalisatrice est-elle alors peut-être trop présente, au point d’en troubler la perception du spectateur … Toutefois la luminosité de l’approche, tant d’un point de vue technique – la photographie est sublime – que d’un point de vue humain est époustouflante !

PIEDS NUS SUR LES LIMACES
♥♥(♥)
Réalisation : Fabienne Berthaud
France – 2010 – 111 min
Distribution : ABC Distribution
Comédie dramatique
EA
FIFF 2010 – Compétition Officielle

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>