Parïs à tout prix

On 11/07/2013 by Nicolas Gilson

S’il ne présente aucun intérêt cinématographique, PARIS A TOUT PRIX est une comédie efficace. Française jusqu’au bout des ongles, intégrée au point d’en être devenue raciste envers sa propre famille, la protagoniste que Reem Kherici met en scène – et qu’elle interprète – est la caricature de la quintessence du superficiel. Un sujet pertinent que la réalisatrice envisage toutefois, au-delà de la dimension humoristique, avec superficialité.

paris-a-tout-prix

« - Lui il avait vraiment un nom à habiter au rez-de-chaussée »

Maya fait partie de l’équipe de création d’une maison de couture. Mondaine pour qui l’image représente tout, elle court de cocktails en soirées avec ses collègues et se la joue « Sex And The City ». Tout semble lui réussir, jusqu’à la possibilité d’obtenir le CDI tant convoité. Mais l’oisiveté et l’assurance la conduisent bientôt à se prendre une claque en pleine figure : sa carte de séjour n’étant pas en ordre, elle est expulsée au Maroc. Cruel retour au bled pour la jeune femme hantée par les préjugés.

La construction narrative repose sur une dimension réaliste qui est très gauchement exploitée par les scénaristes et perd rapidement tout crédit à mesure qu’elle rompt avec sa propre logique (à l’instar du travail effectué à distance par Maya). Plus encore, le scénario met en place de nombreux éléments qui ne sont ensuite que peu développés comme les tenues de Maya qui font évoluer la protagonistes d’une image d’émancipation féminine répondant aux dictats de la mode (merci les mini-shorts, les escarpins compensés et les régimes) à l’émancipation de ceux-ci (merci la Djellaba et la bonne bouffe).

En outre, les personnages secondaires sont trop ou trop peu utilisés et l’équilibre-même du scénario pose question tant nombre de sous-narrations (relation au père, regard sur l’enfance, éveil à soi et aux autres, etc.), esquissées à travers des répliques alors trop appuyées et une mise en scène éculée, sont envisagées sans singularité. Néanmoins transparaît une naïveté qui fait mouche grâce à la qualité de nombreuses répliques et l’incongruité de quelques séquences très drôles.

Artificielle dès son ouverture – agrémentée d’un générique en broderie numérique – la mise en scène s’avère rapidement dépourvue d’originalité. Reem Kherici touche un peu à tous les effets possibles sans chercher à les développer ni à se les réapproprier. Son approche est-elle tantôt balourde, tantôt éculée qu’elle n’en est pas moins cohérente et atteste d’une dynamique profitable.

Conditionnante ou atmosphérique (tant elle vise à renforcer le superficiel émoi de la protagoniste ou à souligner les effets comiques), la musique qui se révèle être un pur enrobage participe à cette dynamique. Employé à dessein, l’artifice s’avère utile et assoit la candeur générale. In fine PARIS A TOUT PRIX est un gentil divertissement.

Paris_a_tout_prix_affiche

PARIS A TOUT PRIX

Réalisation : Reem KHERICI
France – 2013 – 95 min
Distribution : uDream
Comédie

paris-à-tout-prix-reem-kherici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>