Critique : Papa ou maman

On 03/02/2015 by Nicolas Gilson

PAPA OU MAMAN, le premier long-métrage de Martin Bourboulon, gagne notre intérêt grâce aux prestations de Marina Foïs et de Laurent Lafitte qui ne craignent pas le ridicule. Peinant à démarrer, le film repose sur un scénario qui, bien que dérisoire, présente en effet quelques séquences explosives et gentiment impertinentes.

papa ou maman

Florence (Marina Foïs) et Benoît (Laurent Lafitte) forment le couple idéal. À l’aube de leurs quarante ans, alors que leur relation semble sans heurt, il décident de divorcer. La passion a-t-elle fait place à l’amitié qu’ils ne cherchent pas à la raviver. Ils tentent en vain de l’annoncer à leurs enfants jusqu’à ce que la situation ne les y contraignent. Ils entrent alors en guerre avec pour objectif de ne pas avoir leur garde.

Une séquence d’introduction nous confronte au couple lorsque Florence et Benoît sont encore étudiants. Par une nuit de Saint-Sylvestre, leur passion rime alors avec déraison. Martin Bourboulon dessine le programme sur lequel repose sa dynamique de mise en scène : une énergie explosive qui se retrouve dans le jeu de ses comédiens, dans les situations, dans la rythmique du montage mais aussi dans l’orchestration musicale.

A cette mise en bouche répond une autre séquence de mise en place où le couple se révèle aujourd’hui et annonce son divorce futur à un couple d’amis. Le dialogue est habile, le jeu divin. La mise en scène est-elle efficace qu’elle paraît mécanique. Le seul défaut du couple semble en être les enfants, des monstres qui terrorisent – trop soudainement – leur baby-sitter mais aussi leur parents, incapables de leur parler sérieusement. Le rythme retombe avant de bientôt trouver sa visite de croisière lorsque Florence et Benoît décident de s’affronter et de refiler à l’autre la garde des enfants.

papa ou maman fois lafitte

Si l’idée, qui présente l’audace de nous confronter à des parents activement démissionnaires, est délectable, elle repose sur un incident déclencheur qui atteste d’une misogynie certaine : le nerf de la guerre est en effet la jalousie ressentie par Florence et la réaction qui en découle. Une impression d’autant plus cruelle que, pour une fois, jusqu’alors, nous étions confrontés à un personnage féminin émancipé dans sa vie et dans son travail – malgré des remarques sexistes, soulignées non sans humour. Si les clichés pleuvent, celui-ci est proprement ennuyeux tant les femmes semblent fatalement agir par la jalousie qui, au mieux ou au pire, fait réagir les hommes.

Les failles du scénario se trouvent principalement dans l’imposante séquence de transition qui permet au film de basculer pleinement dans la comédie. Les quatre scénaristes s’attèlent en effet à mettre en place la réalité du quotidien du couple afin de justifier de leur comportement qui tient pourtant bientôt de l’absurde et de la surenchère. C’est qu’il s’agit de mettre en place les bases des sketches qui vont se succéder les uns après les autres et nous faire rire indubitablement – et ce même si nous ne pouvons que déplorer l’amère constat selon lequel l’ensemble n’est pas assez poussif, que le délire demeure contenu.

Le montage de la production semble habile : les dialogues et les comiques de situation font mouche (deux des scénaristes sont les auteurs du PRENOM) tandis que Bourboulon maîtrise les artifices. L’ensemble est efficace sans être cependant ni novateur ni inventif.

papa ou maman affiche

PAPA OU MAMAN

Réalisation : Martin Bourboulon
France – 2015 – 85 min
Distribution : Alternative Films
Comédie

papa ou maman les enfants papa-ou-maman-marina-fois-laurent-lafitte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>