Critique : Our City

On 17/11/2015 by Nicolas Gilson

Après s’être intéressée à la réalité d’une prison au travers de la figure da sa directrice (DIRITTO ROVESCIO/INSIDE OUT, 2009) et à la question de la torture en filmant de détenus rejouant des scènes inspirées de leurs expériences (KUBITA, 2010), la documentariste Maria Tarantino signe avec OUR CITY un portrait sensible et impressionniste de Bruxelles. Au fil d’un montage organique, elle nous convie à expérimenter, à travers une multitude de visages et autant d’énergies, un identitaire riche en constante mutation. Plus encore, au-delà d’une radiographie subjective, la ville semble se raconter elle-même.

« Il y a la beauté des couleurs et la vie dans sa diversité »

L’ouverture du film pourrait être un tableau dont l’image devient un récit. Maria Tarantino épouse d’emblée l’énergie de quelques enfants pour qui la ville apparaît être un terrain de jeu. Déjà la limite spatiale explose, la course des bambins les emportant, nous emportant d’un quartier à l’autre, d’une saison à l’autre. Avant de se dévoiler, Bruxelles se veut déjà plurielle tandis que nous comprenons déjà que c’est par le biais de l’éphémère que la cinéaste va en prendre le pouls.

Our City - CINQUANTENAIRE TUNNEL

Sans jamais tomber dans une logique de cartes postales, le film trouve sa propre voie/x au rythme de sa construction. La multiculturalité de la ville sera le maître-mot d’une photographie riche et plurielle qui semble répondre à un principe de contagion. L’approche se veut kaléidoscopique, les situations s’enchâssant, se fondant les unes aux autres ou se reflétant au travers d’un prisme intimiste et singulier. Générations et origines se croisent. Les témoins nous entrainent de une réalité qui nous invite à redessiner la nôtre, remettant justement en cause nos aprioris et nos certitudes.

Sous le regard curieux et humain de Maria Tarantino, Bruxelles, perpétuellement éventrée, ne cesse de se redéfinir – de sa réalité populaire à son statut de capitale européenne où dorment quelques 11 millions de mètres-carrés de bureaux inoccupés. Nombreuses sont les images poétiques – à l’instar de l’évolution sur plusieurs du chantier de Schumann. La photographie est riche d’une couleur, de couleurs qui nous réchauffent le coeur tandis que le travail sur le son excite proprement nos sens permettant de renforcer l’idée de distorsion du temps et de l’espace. Ville d’immigration où l’identité belge, encore si jeune et donc délicate, trouve sa richesse, Bruxelles est un pays de contrastes où tous entrent dans une même danse sans forcément en partager le pas. Mais n’est-ce pas là la richesse de toute diversité. OUR CITY, assurément, mais sous le signe de la pluralité et d’un imaginaire commun qui, nous le savons, nous dépasse.

OUR CITY
♥♥(♥)
Réalisation : Maria Tarantino
Belgique / Pays-Bas – 2015 – 84 min
Distribution : Wildundomesticated
Documentaire

Our City - affiche

FIFF 2015 – Compétition Officielle
FATP 2015 – Panorama belge

Our city - BXL rainbow OUR CITY 7 Our City - Scrap metal at canal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>