Only Sleep Forgives

On 23/05/2013 by Nicolas Gilson

Au bout d’une semaine de festival, après la découverte de 15 des films en compétition, ce sont les doutes qui s’imposent. Si certains films déçoivent, d’autres leur rendent du volume. Ainsi c’est un dialogue incessant avec moi-même qui retarde la mise à plat d’un avis, d’une note ou d’une mise à mort, bref d’un point de vue.

Ainsi, alors que LA GRANDE BELLEZZA m’est apparue comme un film prétentieux et pompeux, artificiel et platement démonstratif, l’ennui qu’il a suscité se meut peu à peu. Face aux réalisations de Takashi Miike, Steven Soderbergh ou encore Nicolas Winding Refn, celle de Paolo Sorrentino se révèle peu à peu intense et l’esthétique monstrative de clip publicitaire superficiel devient celle baroque de la décadence.

Au bout d’une semaine de festival, le sommeil se fait ressentir. Si SARAH PREFERE LA COURSE (superbe premier film de Chloé Ribochaud), on préfère dormir. Demain NEBRASKA d’Alexander Payne et MICHAEL KOHLHAAS d’Arnaud Des Pallières avec Mads Mikkelsen sont au programme.

Sarah prefere la course - Chloé ROBICHAUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>