Ombline

On 10/12/2012 by Nicolas Gilson

Stéphane Cazes signe avec OMBLINE un premier long-métrage riche et sensible. Il y met en scène, avec humanité, la relation entre une jeune détenue, Ombline, et son enfant né en prison. Les années d’incarcération deviennent un parcours d’apprentissage troublant. Mélanie Thierry interprète le rôle-titre avec nervosité et justesse.

L’une des forces du film est sans conteste la prédominance du point de vue d’Ombline. Bien qu’il s’ouvre sur deux flash-forward qui présentent Ombline frontalement, ceux-ci sont autant de projections d’elle-même : elle face à l’autre – et à nous – et elle ne formant qu’une seule entité avec son fils Lucas. D’emblée la force de l’écriture s’impose. Stéphane Cazes nous confronte à la fois à sa protagoniste et à son sujet pour nous inviter à en découvrir le parcours. Avec économie, sans crainte de l’ellipse, il met en place les éléments. Ombline a été incarcérée parce qu’elle a poignardé un policier. Rage au ventre, à peine la femme découvre-t-elle qu’elle est enceinte, qu’elle accouche.

Le quotidien qui fut le sien durant sa grossesse, nous le découvrons lorsqu’elle le perd et que son trouble, dans la nurserie de la prison, devient le révélateur de son identitaire. Ombline tente de s’occuper de son fils comme elle le peut mais ne connait pas les gestes. La violence et la tendresse s’épousent dans un mouvement presque primaire de défense. Mais Ombline doit faire face aux codes de la prison, se subordonner aux ordres et aux règles pour l’amour de Lucas. Un parcours plein de sens, fort et intense, ponctué de rencontres.

Si l’écriture est brillante, Stéphane Cazes orchestre avec la réalisation un mouvement qui enrichit et complète ses intentions. Des choix de cadrage aux décors, du son au jeu des acteurs (seules quelques scènes de groupe apparaissent moins convaincantes tout en permettant de mettre en scène des enjeux importants),… chaque élément fait sens. Le montage ponctue le travail opéré par le jeune réalisateur : des fondus au noir ponctuent à dessein les grands mouvements du film, la logique des enchainements semblent imparable,…

Stéphane Cazes, avec ce premier long maîtrisé, se révèle bien prometteur.

OMBLINE
♥♥♥
Réalisation : Stéphane CAZES
France / Belgique – 2011 – 95 min
Distribution : Imagine
Comédie dramatique

FIFF 2012 – Compétition Emile Cantillon

Interview du réalisateur Stéphane Cazes

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>