Critique : O’Horten

On 09/01/2009 by Nicolas Gilson

Depuis quarante ans Odd Horten parcourt la même ligne de chemin de fer. Mais il est arrivé à l’âge de la retraite et l’heure de son dernier trajet sonne. Ses collègues lui organisent une remise de médaille après laquelle Odd accepte pour la première fois de continuer la soirée avec eux. Sa routine quotidienne est alors mise à mal …

UNE PURE DELECTATION

Bent Hamer nous convie au coeur d’un univers particulier à la fois intime et burlesque. Un monde à part qui laisse à penser au cinéma du Milos Forman des premiers temps, celui de AU FEU LES POMPIERS, qui rencontrerait une approche contemporaine particulière telle celle de Nicolas Provost. C’est dire qu’avec O’HORTEN Bent Hamer nous invite au coeur d’une curieuse expérience cinématographique au sein de laquelle l’écriture, la captation visuelle, le montage et l’hypothèse musicale s’avèrent riches, pensés et intelligents. Un film amèrement positif et doucement réflexif qui transmet une impression merveilleusement irradiante.

O Horten

Le sujet mis en scène par le réalisateur est un moment clef : celui de l’entrée en retraite. Et si cette situation engendre dans l’esprit du personnage une remise en question complète cela est traité avec une légèreté presque libératrice. Le réalisateur opte pour une succession de situations, quelques fois à la limite de l’improbable, qui amènent notre protagoniste à rencontrer une galerie de personnages aussi riches que divers. Ce jeu de rencontres, nourri de dialogues souvent à double sens, est proprement savoureux.

Dès l’ouverture du film une réelle dynamique se met en place au travers de la composition des plans. Comme dans ses films précédents Bent Hamer opte pour une photographie nette dont émane une chaleur certaine. Mais plus poussée encore que dans KITCHEN STORIES il tend à une mise en place à la fois sobre et efficace où les séquences ne se divisent qu’en quelques plans. Le travail sur le son est très intéressant. Si divers contrepoints sonores prennent place jouant malicieusement sur les attentes du spectateur, la musique originale devient un vecteur de sens – elle induit une légèreté à la fois absconse et ironique ce qui dédramatise certaines situations et en permet une lecture plurielle.

O’HORTEN est et reste avant toute chose un film « accessible » qui derrière un humour particulier traite du passage d’un moment de vie à un autre. Une page se tourne sous nos yeux et nous ne pouvons pas y rester indifférent.

LA NOUVELLE VIE DE MONSIEUR HORTEN
O’HORTEN
***
Réalisation : Bent HAMER
Norvège/Allemagne – 2007 – 90 min
Distribution : Coopérative Nouveau Cinéma
Comédie
Enfants admis

O_Horten_Bent_HAMER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>