Critique : Offline

On 13/11/2012 by Nicolas Gilson

Bien qu’empli d’humanité, OFFLINE de Peter Monsaert ne convainc que moyennement. Thriller virant au simple drame réaliste, le film qui repose sur une intrigue ténue manque de subtilité.

 

OfflineA sa sortie de prison, Rudy va vivre en province dans un petit rez-de-chaussée meublé à deux pas de chez son ami Rachid. En quelques années bien des choses ont changé et Rudy, qui éprouve quelques difficultés d’adaptation, n’a d’autres solutions qu’y faire face. Un soir, alors qu’il garde les enfants de Rachid, il surfe sur internet sur un site de call-girls à la recherche d’une fille précise avec qui il entame un dialogue. En parallèle, nous découvrons des bribes du quotidien de cette jeune-fille, Vicky. A mesure qu’un dialogue nourri de respect s’instaure entre Rudy et Vicky, les enjeux mis en scène se dévoilent…

OFFLINE s’ouvre tel un thriller. Peter Monsaert tient le spectateur en haleine et le contraint à questionner les intentions du protagonistes principal. Lorsque deux axes narratifs se croisent, avec d’un part le quotidien de Rudy et de l’autre celui de Vicky, le spectateur ne peut qu’être troublé. Toutefois, cet état d’excitation n’est que passager.

A mesure que le scénario se développe, les enjeux sont perceptibles avant même d’être dévoilés et, à cause d’un manque évident de développement psychologique des protagonistes – qui ne sont au final qui croqués –, l’ennui est au rendez-vous. La construction de l’intrigue se révèle trop rapidement et bien que la mise en scène tende au réalisme elle manque de finesse.

L’utilisation de la musique est par contre riche : elle est à la fois un élément permettant d’appréhender les principaux protagonistes, définissant leurs univers respectifs et les réunissant.

OFFLINE

Réalisation : Peter MONSAERT
Belgique – 2012 – 110 min
Distribution : Lumière
Drame

Comments are closed.