Critique : Nous Trois ou Rien

On 28/12/2015 by Nicolas Gilson

Passant à la réalisation pour raconter l’histoire de ses parents, l’humoriste Kheiron commet un four dont la découverte fait mal aux sens. Florilège du pire tant d’un point de vue scénaristique qu’esthétique, NOUS TROIS AU RIEN est d’autant plus désolant que le sujet est riche.

NOUS 3 OU RIEN0

S’immisçant dans la peau de son père, Kheiron en conte le récit, de son enfance à son engagement révolutionnaire ; de son exil en France à son engagement pour un idéal du « vivre ensemble ». Un récit qui croise l’histoire de l’Iran avec celle des cités françaises et de l’immigration. Un récit empli d’amour et de bons sentiments. Un récit qui jamais ne s’émancipe de l’hypothèse-même de toute narration – si ce n’est pour assoir des blagues d’une balourdise effarante.

D’entrée de jeu la mise en place de la dynamique narrative fatigue. Par le biais d’une voix-over, le réalisateur et acteur principal s’adresse directement au spectateur. La fable tient du burlesque tant l’artificialité domine. S’agit-il d’évocation que le manque de réalisme n’est pas encore indigeste… Le « conte universel » se développe peu à peu. Les séquences qui s’enchainent ont alors pour seule vocation d’illustrer le propos et de le ponctuer de blagues d’une rare fumisterie. Et face à Kyan Khojandi dans le rôle d’un islamiste nommé Barbe et Alexandre Astier dans celui du Shah plus grotesque qu’imaginable, nos yeux saignent.

Le développement narratif va de balourdise en balourdise, nous mettant constamment à distance des protagonistes. Est-elle sans cesse incertaine que la tonalité s’embourbe dans la gaucherie – ou l’inintelligence – de l’écriture. Celle-ci conditionne en effet une mise en scène privilégiant les artifices qui paraissent être autant de faux-fuyants. Les idées s’accumulent non sans bienveillance et (s’)épuisent irrémédiablement. Platement monstratif, le film est gauchement enrobé musicalement afin d’assurer la plénitude du gavage. Nous aurions aimé que le casting rende l’épreuve un tant soit peu digeste, mais si Zabou Breitman et Gérard Darmon nous enchantent, ce n’est malheureusement pas le cas. L’ennui nous conduit alors à relever les inepties que contient le scénario et les erreurs de raccord…

NOUS TROIS OU RIEN

Réalisation : Kheiron
France – 2015 – 102 min
Distribution : Cinéart
Comédienous trois ou rien - affichenous trois ou rien - Shah d'Iran Nous trois ou rien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>