Mr. Nice

On 14/07/2011 by Nicolas Gilson

Howard Marx, alias Mr. Nice, a découvert la drogue dans les années 70, un peu par hasard : il en deviendra trafiquant durant les années 80 jusqu’à créer un véritable empire international. Bernard Rose adapte à l’écran l’autobiographie de Marx. Et si la vie du dealer apparaît palpitante, le film ne l’est aucunement.

Mr. NICE commence pourtant sur une idée intrigante et singulière : dans une dynamique d’évocation en flash-back (le personnage se racontant à une salle de spectateurs), certes éculée et répondant aux dictats d’une voix-over, le protagonistes principal est interprété à tous les âges par le même comédien. Enfant, adolescent ou adulte c’est Rhys Ifans qui lui donne ses traits.

D’emblée l’hypothèse esthétique est plurielle et elle n’a de cesse de se moduler : du noir et blanc à la couleur, des variations de grain aux incrustations, de modulations du cadrage à la dynamique de mise en scène… Toutefois l’originalité devient rapidement barbante car elle perd de sa superbe : les idées s’épuisent sans que le réalisateur n’aille au bout de leur logique. L’écriture ne cesse de s’essouffler tandis que la réalisation se révèle brouillonne tant elle s’éparpille dans tous les sens et se veut complaisante. Au final le film est sans rythme et insipide tant il devient platement démonstratif.

MR. NICE
♥(♥)
Réalisation : Bernard ROSE
Grande-Bretagne – 2010 – 121 min
Distribution : Paradiso
Biopic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>