Magritte 2014 : Au nom du Statut

On 01/02/2014 by Nicolas Gilson

En remportant les trois seuls prix auxquels il pouvait prétendre, ERNEST ET CELESTINE s’impose comme le grand vainqueur de la 4 ème édition des Magritte du Cinéma. Les deux favoris,  TANGO LIBRE et AU NOM DU FILS doivent se contenter de partager trois récompenses. La célébration du cinéma belge, placée sous le signe de l’humour, est devenue au fil de la cérémonie l’écho des revendications des artistes et intermittents du spectacle belges qui, vivant une réelle chasse aux sorcières de la part de l’ONEM, pleurent après l’existence d’un statut digne de ce nom – le seul permettant l’existence de notre cinéma.

Ernest_Et_Celestine_4

Serrés tout au long du tapis bleu qui menait les invités et les diverses personnalités au Square où prenait place les festivités, nombreux furent les petites mains du cinéma belge qui arboraient pacifiquement des trognons de pommes espérant susciter la curiosité des spectateurs de BeTV mais aussi et surtout l’attention des nombreux politiques et des acteurs influents du milieu pour qu’enfin un réel statut leur soit alloué. Le glamour du cinéma belge s’entache-t-il ainsi de la réalité de l’antre qu’est son univers…

Arrivé sur scène, Frabizio Rongione, le cannelloni magnifique, arborant un badge frappé du slogan « La vie est belge » (comme la Ministre Fadila Laanan hier aux Machins), n’a-t-il d’ailleurs pas aussitôt salué les nouveaux chômeurs dans la salle. Un premier clin d’oeil discret à l’action tristement nécessaire des intermittents. Réel leitmotiv, le statut de l’artiste, avec le Tax Shelter, n’aura cesse de titiller les dirigeants présents dans la salle et ce, souvent, avec beaucoup d’émotion.

Entre un « album Panini » offrant à nouveau aux Magritte la possibilité de se faire satire de nos politiques ou une succulente intervention vidéo de Laurent Capelluto (qui sera ensuite récompensé du Magritte du meilleur second rôle), la cérémonie s’est avérée à nouveau très appréciable malgré quelques longueurs. Outre les nombreuses personnalités du cinéma venues sur scène pour remettre les récompenses, Stéphan de Groot (un peu trop titilleur) et Philippe Geluck ont nourri de leur personnalité l’événement.

Eliane Dubois, la fondatrice de Cinéart qui est décédée cette année, a été saluée avec émotion à la fois par son fils, Hichame Alaouié, à nouveau primé du prix de la meilleur photographie pour LES CHEVAUX DE DIEU (un an à peine après avoir été honoré pour L’HIVER DERNIER) et par Emir Kusturika, le Magritte d’honneur de cette édition. Une édition placée sous le signe de l’émotion tant chez Catherine Salée (Meilleur Second rôle féminin pour LA VIE D’ADELE), Benjamin d’Aoust (Meilleur Documentaire pour LA NUIT QU’ON SUPPOSE), Anne Paulicevich (Muette scénariste de TANGO LIBRE), Achille Ridolfi (Meilleur espoir pour AU NOM DU FILS)  ou encore la très timide et spontanée Pauline Etienne (Meilleure actrice pour LA RELIGIEUSE).

La Religieuse

Palmarès complet :

Meilleur film

Meilleur Premier film

Meilleur réalisateur 

Meilleur film flamand en coproduction

  • BRASSERIE ROMANTIEK de Joël Vanhoebrouck
  • KID de Fien Troch
  • LA CINQUIEME SAISON de Peter Brosens & Jessica Woodworth

Kid de Fien Troch

Meilleur film étranger en coproduction

Meilleur scénario original ou adaptation

Meilleure actrice

Meilleur acteur

Une place sur la terre

Meilleure actrice dans un second rôle

Meilleur acteur dans un second rôle

Meilleur espoir féminin

Meilleur espoir masculin

Les Chevaux de Dieu

Meilleure image

Meilleur son

  • Philippe Charbonnel, Guilhem Donzel et Matthieu Michaux pour AU NOM DU FILS
  • Frédéric Demolder, Emmanuel de Boissieu, Luc Thomas et Franco Piscopo pour ERNEST ET CELESTINE
  • Marc Bastien et Thomas Gauder pour TANGO LIBRE

Meilleurs décors

Meilleurs costumes

Kinshasa Kids

Meilleure musique originale

Meilleur montage

Meilleur court métrage

  • BOWLING KILLERS de Sébastien Petit
  • LE CONSEILLER de Elisabet Lladó
  • PARTOUZE de Matthieu Donck
  • WELCOM de Pablo Munoz Gomez

Meilleur long métrage documentaire

  • AMSTERDAM STORIES USA de Rob Rombout & Rogier van Eck
  • L’IRRESISTIBLE ASCENSION DE MOISE KATUMBI de Thierry Michel
  • LA NUIT QU’ON SUPPOSE de Benjamin d’Aoust
  • THE SOUND OF BELGIUM de Jozef Devillé

La-Nuit-qu-on-suppose

 

Magritte du cinéma 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>