Critique : Welcome

On 25/03/2009 by Nicolas Gilson

Bilal a fui l’Irak dans le but de se rendre à Londres où se trouve exilée la fille dont il est amoureux. Arrivé à Calais il cherche à rejoindre la péninsule britannique. Mais il est loin d’être le seul dans le cas. Face à l’impossibilité de traverser la Manche en bateau l’adolescent se décide à le faire à la nage…

MISE A NU D’UNE HORRIBLE REALITE

De par son titre même Welcome crée un contresens qui prend vie dès l’ouverture du film. Une critique acerbe d’un système politique et policier aussi révoltant que stupéfiant. Mais au-delà une réelle gifle qui ne peut laisser le spectateur indifférent. Une gifle en pleine face pour une société qui se pense ouverte. Pourtant c’est avec une pudeur extrême que le réalisateur livre un réel témoignage sur une situation plurielle à laquelle il insuffle avec force une dimension macrocosmique étrangement efficace.

Reposant sur une écriture intelligente – qui entremêle plusieurs enjeux tout en parvenant à les combiner sans jamais que l’un ne prévale sur un autre – le film entraîne le spectateur dans une réalité peu commune, celle de l’exil, tout en la fondant au coeur d’une situation d’alerte romantique. Jamais une situation n’est ici prétexte à une autre. La ligne narrative repose sur la notion de rencontre : une notion efficacement mise en scène.

Philippe Lioret parvient à insuffler à son film une dimension politique tant au travers de l’écriture et du caractère universel de la situation mise en place qu’au travers de la citation télévisuelle. Les recours à cette hypothèse médiatique sont peu nombreux mais plein de sens et vont de pair avec l’approche du réalisateur.

C’est avec une grande sobriété que celui-ci filme des situations tantôt complexes, tantôt violentes. Il parvient ainsi à mettre à nu, au travers de la captation des gestes et des regards, une réalité dans son ensemble. Avec un cadrage généralement très serré il présente le plus souvent les situations selon une logique simple, mais jamais simpliste, de champs/contre-champs. Il recourt aux gros plans de manière efficace afin de confronter le spectateur au désarrois psychologique des différents protagonistes. Mais jamais ceux-ci ne sont insistants. Les rares ouvertures de cadre esquisse l’hypothèse d’universalité de la situation qui ne peut qu’alarmer le spectateur à mesure qu’elle se développe.

Le recours à une musique originale dictatoriale nuit cependant gravement à cette sobriété. Néanmoins celle-ci apparaît tardivement, alors que les différents enjeux ont pris place, ancrant l’adhésion emphatique de certains, amenuisant celle des autres sans jamais l’annihiler. Car celle-ci est avant tout engendrée par le rythme et la construction du film.L’introduction du sujet et des personnages est stupéfiante. Trois situations s’entremêlent peu à peu au point de ne faire plus qu’une et de s’avérer aussi écœurante que stimulante.

La richesse du jeu tant des acteurs professionnels que non-professionnels est à l’image du film : bouleversante.

WELCOME
**(*)
Réalisation : Philippe Lioret
France – 2008 – 90 min
Distribution : Cinéart
Drame
Enfants Admis

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>