Like Someone In Love

On 12/08/2013 by Nicolas Gilson

Habilement mis en scène, en se jouant quelques fois de nos attentes, LIKE SOMEONE IN LOVE semble ne comporter aucun enjeu si ce n’est le réalisme d’une rencontre humaine. Et c’est là la force du film de Kiarostami : sur base d’une farce, une intrigue sans début ni fin, il met en scène la véracité de l’instant.


De prime abord la consistance du scénario est bien maigre. Néanmoins, de manière discrète voire anodine, de nombreux enjeux sont soulevés au détour d’une situation, d’une réplique ou d’un geste las. Kiarostami semble capter la réalité de moments partagés.

La mise en place est lente et déroutante à l’instar de l’ouverture du film où nous avons à l’écran le contrechamps d’un plan non-encore établi ; où nous entendons la conversation d’une protagoniste que nous ne voyons pas. La construction du film est grandiose sans que jamais elle ne soit palpable, sans que jamais notre regard ne semble être guidé par le réalisateur. A notre insu, Kiarostami attise notre attention et nous fait les témoins d’interactions « vraies » entre ses personnages.

Avec la mise en scène, très fluide, de ces moments de vie, il nous fait les témoins d’un « rien » qui contient beaucoup de choses. Un microcosme universel.

LIKE SOMEONE IN LOVE
♥♥/♥♥♥♥
Réalisation : Abbas Kiarotami
France / Japon – 2012 – 109 min
Distribution : ABC Distribution
Comédie dramatique

Cannes 2012 – Sélection Officielle en Compétition

Mise en ligne initiale le 23/05/2012

like someone in love - affiche

Comments are closed.