Les Magritte 2013

On 10/01/2013 by Nicolas Gilson

Le 02/02 aura lieu la 3 ème cérémonie des Magritte où seront cette année décernés 19 trophées. Fabrizio Rongione – le Riquet de Rosetta – endossera le costume de Maître de Cérémonie – exit Helena Noguerra – et la Présidente de cette édition ne sera nulle autre que Yolande Moreau !

Sur les 19 long-métrages belges majoritaires en lice cette année – un record puisque lors de la première édition il avait fallu élargir à plus de 12 mois les films candidats pour obtenir ce même nombre – 4 prétendront au prix de Meilleur Film. Aux côtés des attendus A PERDRE LA RAISON de Joachim Lafosse et 38 TEMOINS de Lucas Belvaux (7 nominations chacun), s’imposent (puiqu’ils ont respectivement au total 8 et 7 nominations) DEAD MAN TALKING de Patrick Ridremont et MOBILE HOME de François Pirot.

Au vu de ces seuls 4 prétendants, la variété des genres s’impose et, comme l’a souligné Frédéric Delcor, le Secrétaire général de la Fédération Wallonie-Bruxelles (et l’un des initiateur du projet), la vitalité de la profession (19 productions majoritaires et 23 minoritaires) est bel et bien suffisante pour mettre en valeur la diversité du cinéma belge qui est par ailleurs mise en exergue grâce à l’inscription dans la durée de l’évènement. L’initiative est donc « pérenne et pertinente » et, comme Luc Jabon, président de la SACD et coordinateur de Pro Spere, a insisté, « n’est pas un feu de paille ».

BeTV renouvelle cette année sa collaboration avec l’Académie André Delvaux organisatrice des Magritte. La chaine de télévision produira et diffusera en clair et en direct la cérémonie en collaboration avec la RTBF et TV5Monde. En outre une programmation spécifique prendra place dans les grilles tant de BeTV que de la RTBF (avec par exemple la diffusion de 38 TEMOINS, LES GEANTS ou, dans la continuité de la cérémonie du 02/02, de AU CUL DU LOUP sur BeTV, et des capsules consacrées aux Magritte sur les antennes de la chaine publique).

La notion de collaboration a son importance. En effet, si l’objectif avoué des Magritte est d’attiser l’appétit du public belge pour les productions nationales (francophones), l’évènements n’existe que grâce à l’association de plusieurs acteurs (à l’instar notamment de l’UPFF, Pro Spere, le Centre du Cinéma, le FIFF, Betv ou le principal sponsor privé BNP-Paribas Fortis) mais aussi et surtout à la confiance des membres de la profession qui, en intégrant l’Académie André Delvaux, lui donne le crédit nécessaire.

Du côté des nominations, nombreuses sont les surprises – DEAD MAN TALKING nommé à 8 reprises, ça a de quoi laisser dubitatif ! – qui permettent néanmoins d’établir un large éventail de films et d’inscrire la « diversité » dont le cinéma belge est si fier. Si les prétendants au titre de Meilleur Film dominent clairement la compétition (tous nommés pour les prix de Meilleur Réalisateur et de Meilleur Scénario, et se disputant nombre de titres d’interprétation et de récompenses techniques), 25 long-métrages (dont 3 non-belges – l’exception à la règle pour récompenser nos talents) sont ainsi diversement en lice. En plus de ceux-ci, 4 documentaires et 4 court-métrages concourent pour un prix spécifiques (à noter qu’au vu de la production belge en la matière, deux jury spécifiques avaient chacun présélectionnés 12 films pour le premier tour de vote).

A noter qu’au vu de la quantité de premiers films cette année (12 !), un Magritte Spécial récompensant une première oeuvre de fiction sera créé. Il aura comme particularité d’être décerné par le public après la date de la cérémonie…

Christelle Cornil (unique nomination pour AU CUL DU LOUP de Pierre Duculot) aura-t-elle l’occasion de monter sur scène ou les votant lui préféreront-ils Emilie Dequenne, Marie Gillain ou Déborah François ? Les quasi-oubliés L’ENVAHISSEUR et LA FOLIE ALMAYER repartiront-ils avec un prix ? Les textes co-écrits par Fabrizio Rongione et Samuel Tilman séduiront-ils le public de part et d’autre des téléviseurs ? La Réponse le 02/02 !

Meilleur Film
A PERDRE LA RAISON de Joachim Lafosse (Versus Production)
DEAD MAN TALKING de Patrick Ridremont (Nexus Factory)
MOBILE HOME de François Pirot (Tarantula Belgique)
38 TEMOINS de Lucas Belvaux (Artémis Productions)

Meilleur Réalisateur
Lucas Belvaux pour 38 TEMOINS
Joachim Lafosse pour A PERDRE LA RAISON
François Pirot pour MOBILE HOME
Patrick Ridremont pour DEAD MAN TALKING

Meilleur film flamand en coproduction
LITTLE BLACK SPIDERS de Patrice Toye
TOT ALTIJD de Nic Balthazar
HET VARKEN VAN MADONNA de Franck Van Passel

Meilleur film étranger en coproduction
THE ANGEL’S SHARE de Ken Loach
LE COCHON DE GAZA de Sylvain Estibal
DE ROUILLE ET D’OS de Jacques Audiard
L’EXERCICE DE L’ETAT de Pierre Schoeller

Meilleur scénario original ou adaptation
Lucas Belvaux pour 38 TEMOINS
Joachim Lafosse et Matthieu Reynaert pour A PERDRE LA RAISON
Patrick Ridremont et Jean-Sébastien Lopez pour DEAD MAN TALKING
François Pirot, Maarten Loix et Jean-Benoît Ugeux pour MOBILE HOME

Meilleure actrice
Christelle Cornil dans AU CUL DU LOUP
Émilie Dequenne dans A PERDRE LA RAISON
Déborah François dans LES TRIBULATIONS D’UNE CAISSIERE
Marie Gillain dans TOUTES NOS ENVIES

Meilleur acteur
Olivier Gourmet dans L’EXERCICE DE L’ETAT
Benoît Poelvoorde dans LE GRAND SOIR
Jérémie Renier dans CLOCLO
Matthias Schoenaerts dans DE ROUILLE ET D’OS

Meilleure actrice dans un second rôle
Stéphane Bissot dans A PERDRE LA RAISON
Yolande Moreau dans CAMILLE REDOUBLE
Natacha Régnier dans 38 TEMOINS
Catherine Salée dans MOBILE HOME

Meilleur acteur dans un second rôle
Bouli Lanners dans DE ROUILLE ET D’OS
Jean-Luc Couchard dans DEAD MAN TALKING
Denis M’Punga dans DEAD MAN TALKING
Dieudonné Kabongo dans L’ENVAHISSEUR

Meilleur espoir féminin
Pauline Burlet dans DEAD MAN TALKING
Aurora Marion dans LA FOLIE ALMAYER
Mona Jabé dans MISS MOUCHE
Anne-Pascale Clairembourg dans MOBILE HOME

Meilleur espoir masculin
David Murgia dans LA TETE LA PREMIERE
Martin Swabey dans LITTLE GLORY
Gael Maleux dans MOBILE HOME
Cédric Constantin dans TORPEDO

Meilleure image
Danny Elsen pour DEAD MAN TALKING
Hichame Alaouie pour L’HIVER DERNIER
Remon Fromont pour LA FOLIE ALMAYER

Meilleur son
Henri Morelle, Luc Thomas et Aline Gavroy pour 38 TEMOINS
Ingrid Simon et Thomas Gauder pour A PERDRE LA RAISON
Julie Brenta et Olivier Hespel pour L’EXERCICE DE L’ETAT

Meilleurs décors
Alina Santos pour DEAD MAN TALKING
Françoise Joset pour L’ENVAHISSEUR
Patrick Dechesne et Alain-Pascal Housiaux pour LA FOLIE ALMAYER

Meilleurs costumes
Pascaline Chavanne pour L’EXERCICE DE L’ETAT
Catherine Marchand pour LA FOLIE ALMAYER
Florence Laforge pour LE GRAND SOIR

Meilleure musique originale
Arne Van Dongen pour 38 TEMOINS
DAAU/ Die Anarchistische Abendunterhaltung pour L’HIVER DERNIER
François Petit, Michaël de Zanet, Coyote et Renaud Mayeur pour MOBILE HOME

Meilleur montage
Ludo Troch pour 38 TEMOINS
Sophie Vercruysse pour A PERDRE LA RAISON
Ewin Ryckaert pour COULEUR DE PEAU : MIEL
Damien Keyeux pour LA COCHON DE GAZA

Meilleur court-métrage
A NEW OLD STORY d’Antoine Cuypers (Entre Chien et Loup)
LE CRI DU HOMARD de Nicolas Guiot (Ultime Razzia Productions)
FABLE DOMESTIQUE d’Ann Sirot et Raphaël Balboni (Frakas Productions)
U.H.T. de Guillaume Senez (Iota Production)

Meilleur documentaire
L’AFFAIRE CHEBEYA, UN CRIME D’ETAT ? de Thierry Michel (Les Films de la Passerelle)
BONS BAISERS DE LA COLONIE de Nathalie Borgers (Centre Vidéo de Bruxelles)
CINEMA INCH’ALLAH de Vincent Coen et Guillaune Venderberghe (Savage Film – Domino Production)
LE THE OU L’ELECTRICITE de Jérôme le Maire (Iota Production)

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>