Critique : Legend

On 19/01/2016 by Nicolas Gilson

Afin de mettre en scène la destinée des jumeaux Reggie et Ronnie Kray, gangsters légendaires dont les ombres planent toujours sur Londres, Brian Helgeland opte pour un angle d’approche singulier en épousant le regard de celle qui aurait précipité leur perte. Nous immergeant dans l’Angleterre des années 1960, il signe avec panache ce que d’aucuns qualifieraient à tort de biopic. Tout à la fois comédie noire, thriller et romance, LEGEND renouvelle le genre du film de gangster tout en flirtant savamment avec un cinéma classique.

Legend Emily Bronwling Tom Hardy

Séduite par Reggie Kray (Tom Hardy), Frances Shea (Emily Browling) l’aimera infiniment pour le détester intensément. C’est du moins ce qu’elle nous confie d’entrée de jeu, s’adressant à nous dans un discours qu’elle qualifie de vérité. Son point de vue s’impose avec d’autant plus d’éclat qu’elle en assume, non sans la contester, la subjectivité. Contextualisant sa rencontre avec Reggie, elle nous invite à découvrir sa personnalité et celle de son frère Ronnie, diagnostiqué schizophrène.

La prime force de LEGEND est de reposer sur un jeu d’impressions. Brian Helgeland trouve-t-il dans la subjectivité de Frances Shea une porte d’entrée qu’il n’en fait pas un vulgaire accessoire. S’émancipant rapidement de toute hypothèse d’illustration, il s’amuse à en épouser tantôt le caractère caustique, tantôt le caractère absolu et amoureux. Ce faisant, il propose une tonalité teintée d’humour qui agit comme un contre-point flamboyant tout en renforçant la distance du regard premier.

Si elle se laisse oublier, la voix de Frances dynamise toute la construction scénaristique – jusqu’à être pleinement mise en scène, exacerbant notre complicité avec la réelle protagoniste du film (bien qu’elle soit relayée à l’arrière-plan de l’affiche). En ce sens, la notion-même de biopic est dépassée. Sommes-nous plongés au coeur de l’action qu’elle ne correspond in fine qu’aux souvenirs de l’héroïne ou à la projection qu’elle se fait d’une réalité qui, sans aucun doute, la dépasse. Plus encore, afin d’asseoir notre complicité, Brian Helgeland la rend omnisciente.

legend

Malgré cette supériorité accordée d’emblée à Frances, le scénario épouse sa naïveté et évolue dans l’univers des frères Kray en même temps qu’elle. L’exemple le plus probant est certainement le personnage de la mère de Reggie et Ronnie qui n’apparaît que dès lors que les présentations officielles ont lieu et que le réalisateur laisse en retrait malgré, non sans souligner son importance et son influence pour ses enfants. Nous découvrons la vie de gangsters – ses rouages et ses manigances – avec un sentiment dual entremêlant, avec malice, la plus pure des naïvetés et une caustique ironie.

Face à une sensationnelle Emily Browling dans le rôle de Frances Shea, Tom Hardy est éclatant dans ceux des frères jumeaux. Charmant et radieux lorsqu’il offre ses traits à Reggie, il est étourdissant dans la peau de Ronnie, un homosexuel avoué qui réfute tout étiquetage de tapette – I’m a giver, not a receiver. Une double interprétation magistrale mise en scène avec brio par Brian Helgeland qui joue habilement avec l’auditoire éclairé que nous formons.

La réalisation est en tout point soignée, nourrie par une bande-originale remplies de pépites qui prennent le pouls d’une époque tout en épousant le ton de la narration. Les décors et les costumes sont autant de délices nourrissant la caractérisation des personnages tout en se voulant les témoins de leur évolution. Fort d’une tonalité singulière, LEGEND est aussi percutant que les coups qu’assènent les frère Kray et aussi délicat que les baisers de Frances. En un mot, délectable.

LEGEND
♥♥(♥)
Réalisation : Brian Helgeland
Royaume-Uni / France – 2015 – 132 min
Distribution : eOne
Comédie noire / Thriller sardoniqueLegend - affiche legend-reflection-Frances Shea Legend Tom Hardy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>