Le Voleur de Lumière

On 11/07/2011 by Nicolas Gilson

Dans une petite ville kirghize, l’électricien, qui construit une éolienne artisanale, nous sert de témoin à la découverte d’une société en pleine mutation. Naïf, aimant et aimable, l’homme est avant tout loyal et intègre malgré sa propre conception de l’honnêteté.

LE VOLEUR DE LUMIERE propose la découverte d’un pays par le biais de la mise à mal de la subsistance de la vie rurale – seul réel intérêt du film, dont la photographie est soignée mais dont la construction repose sur des ficelles techniques. Les décors naturels sont splendides et convient à la méditation. L’espace devient vecteur de sens : il est le moteur de tous les enjeux car il participe à l’identité de chacun des protagonistes (directement ou indirectement).

Au-delà, le combat pour la survie de la ruralité conduit à l’universalité d’une situation : celle où le profit et la manipulation des masses dans cette optique prévaut. La terre en friche n’a aucune valeur pour les uns alors qu’elle est une richesse incommensurable pour les autres.

Derrière la lutte entre le respect et le progrès annoncé où la technologie (les éoliennes) est envisagée à la fois comme une solution alternative et comme un pacte diabolique, c’est la société kirghize est qui est dévoilée, son devenir qui est mis en question. Et l’une des caractéristiques de cette société est l’importance de la filiation. A tous prix, aux hommes doivent succéder des hommes.

Cette société se révèle machiste. Certes une femme a des responsabilités au sein du village mais celles-ci ne l’empêchent pas d’être effacée au point de ne pas prendre part aux discussions autres que les prises de parole devant les habitants. Elle est un faire-valoir que l’on exhibe et le fait qu’elle soit responsable des questions culturelle est plein de sens : cela montre à quel point l’expression artistique est considérée comme mineure. Mais cela augure aussi un possible devenir riche, si le pays dépasse son identité misogyne.

SHEKARCHIVET-AKE
THE LIGHT THIEF
LE VOLEUR DE LUMIERE

Réalisation : Aktan Arym Kubat
Kirghistan / Allemagne / France / Pays-Bas – 2010 – 76 min
Distribution : Imagine
Comédie dramatique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>