Le vilain petit canard

On 02/05/2013 by Nicolas Gilson

Adaptation du conte d’Andersen, LE VILAIN PETIT CANARD propose de redécouvrir un récit universel à travers une animation artisanale au sein de laquelle le réalisateur intègre diverses compositions de Tchaïkovski. Un film qui bien que destiné au jeune public plonge le spectateur dans une certaine nostalgie.

le vilain petit canard - la basse cours

Garri Bardine choisit pour cadre une basse cours dont le cloisonnement semble transcender celui des mentalités de ceux qui y habitent. Lorsqu’un coq (devant vaille que vaille témoigner quotidiennement de sa virilité) trouve un oeuf énorme il le confie à sa compagne afin qu’elle le couve. A-t-il l’espoir de donner ainsi naissance à l’expression de sa supériorité qu’en sort une « créature » dont il désavoue la paternité. Le vilain est rapidement l’objet de moquerie et de méchanceté, plus encore il est jugé et rejeté avec une cruelle violence qui émane tant des adultes que des oisillons qui composent la faune de ce commun microcosme.

À force de chercher à être accepté par les autres, le vilain petit canard s’épuise. Son désir, bien simple, consiste, au-delà de se trouver une famille, à être accepter par le autres. Or, incarnant l’altérité, il ne rencontre qu’une aveugle exclusion. Si ses rêves l’emportent ailleurs, ils ne sont qu’une triste compensation. Bien que violent son parcours n’en est pas moins initiatique et vecteur de sens. Garri Bardine mettant en scène au final un pamphlet assez virulent à l’égard de comportements révélant ceux, malades et réducteurs, d’une société qui est nôtre en bien des points.

La caractère artisanal de la réalisation a quelque chose d’enchanteur. Sculptés dans de la pâte à modeler et agrémentés d’éléments divers, les personnages semblent composés avec soin tout en ayant un réel cachet grâce à leur côté bricolé. Si quelques mouvements de caméra étonnent, la captation de l’horrible petit théâtre émerveille tant elle semble émancipée de toute mécanique et apparaît privilégier l’essence artisanale du projet.

Le recours aux compositions de Tchaïkovski est tout à la fois une force et une faiblesse car si les extraits du « Lac des cygnes » ou de « Casse-noisette » font souvent corps avec l’émotivité qu’ils subliment, leur emploi est pour le moins systématique. Cependant, cette rencontre entre les univers du compositeur et d’Andersen fonctionne et ravit.

Le vilain petit canard - les poussins

LE VILAIN PETIT CANARD
Gadkiy utyonok
♥♥
Réalisation : Garri BARDINE
Russie – 2011 – 74 min
Distribution : Numéro Zéro
Animation

Le vilain petit canard - affiche

Film Le vilain petit canard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>