Le Festival et ses rituels

On 14/05/2014 by Nicolas Gilson

Année après année l’arrivée à Cannes s’accompagne d’une série de rituels à commencer par la découverte de la bâche recouvrant le Palais des Festivals (ainsi serti d’une parure) et le passage au bureau des accréditation afin de retirer le sésame nécessaire. Si « être presse » est d’emblée réconfortant, les enjeux hiérarchiques sont tels que crainte et espoir se disputent irrémédiablement durant le bref instant qui précède la révélation – le service d’octroi refusant de dévoiler avant ce passage obligé une information pourtant capitale pour nombre de journalistes.

Enfin badgé, c’est presque une procession à laquelle il s’agit alors de se plier : première ouverture de casier, retrait des identifiants donnant accès à internet et dégustation d’un premier expresso (au Festival de Cannes le sponsoring prend tout son sens). Mais pas le temps de feuilleter les catalogues officiels tant il s’agit de courir au Monoprix avant qu’il ne se transforme en la caricature d’un supermarché d’Europe de l’Est d’avant la chute du mur – certaines images ont la dent dure.

Si jusqu’alors l’impression de retrouver à chaque coin de rue un visage connu se veut perturbante, le labyrinthe que composent les rayons illogiques de la grande surface assoient une vérité : Cannes est un véritable village. Attachés de presse, journalistes et institutionnels entrent en un balais improbable se renseignant sur où trouver le sucre ou les céréales. Le cordon officiel du festival se troque contre celui aux couleurs des films des frères Dardenne de Wallimage. Bref, le petit monde s’agite, s’amuse avant que le stress coutumier ne s’inscrive crescendo au fil des jours…

Après, c’est chargé de commissions et d’un pack de papier-toilette (l’objet le moins glamour qui soit) qu’il s’agit de sillonner les ruelles cannoises afin de rejoindre le logement (bon plan ou plan de dernière minute, c’est selon) où l’on s’était d’entrée de jeu délesté de ses bagages. Et évidemment, c’est dans cette position – la plus élégante du monde – qu’il était nécessaire de rencontrer physionomiste et organisateurs de la boîte queer du festival. Ce qui vaut néanmoins une invitation à l’ouverture du lieu (qui sera investi par l’équipe et le jury de la Queer Palm) le lendemain !

cannes 2014 bâche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>